NOUVELLES

Nelson Mandela reçoit son congé de l'hôpital pour être soigné à domicile

01/09/2013 05:20 EDT | Actualisé 01/11/2013 05:12 EDT

JOHANNESBOURG, Afrique du Sud - Nelson Mandela est rentré à sa résidence en ambulance, dimanche, après avoir été hospitalisé pendant près de trois mois et être devenu l'objet de démonstrations quotidiennes d'inquiétude de la part du monde entier. Les autorités ont toutefois affirmé que la santé de l'ancien président sud-africain demeurait critique et parfois même instable.

Le retour à la maison du leader anti-apartheid de 95 ans, dans son quartier bien nanti de Johannesbourg, permettra à sa famille de passer du temps de qualité avec lui.

Le bureau du président sud-africain Jacob Zuma a affirmé que M. Mandela recevrait les mêmes soins qu'à l'hôpital, administrés par les mêmes docteurs.

Il affirme aussi que l'équipe médicale de M. Mandela est «convaincue qu'il recevra le même niveau de soins intensifs à sa maison de Houghton qu'à (l'hôpital de) Pretoria. Sa maison a été reconfigurée pour lui permettre d'y recevoir des soins intensifs.»

«S'il présente des conditions de santé qui demandent sa réadmission à l'hôpital, ce sera fait», précise aussi le communiqué.

Les entrées de la maison de Johannesbourg et de l'hôpital de Pretoria où était soigné M. Mandela sont devenues des lieux de culte improvisés où les gens chantaient, priaient et laissaient des messages de soutien pour l'homme qui a libéré l'Afrique du Sud de la gouverne raciste d'une minorité blanche, dans un esprit de réconciliation qui a inspiré le monde entier.

L'homme qu'on surnomme Madiba, son clan tribal, a été admis à l'hôpital le 8 juin pour une infection pulmonaire récurrente. Selon des documents juridiques remplis par sa famille, M. Mandela était maintenu en vie artificiellement. Beaucoup de Sud-Africains ont craint que sa mort était imminente.

Makaziwe Mandela, l'une des filles du lauréat d'un prix Nobel de la paix, a affirmé à l'Associated Press, en quittant le domicile de son père, que la famille était «heureuse qu'il soit à la maison».

Son petit-fils Mandla a dit qu'il s'agissait d'un «jour de célébration».

Son congé de l'hôpital est «particulièrement réconfortant parce qu'il fait mentir ceux qui ont répandu les rumeurs qu'il était dans un 'état végétatif' et qu'il attendait seulement qu'on débranche ses machines», a rapporté l'Agence de presse d'Afrique du Sud.

Mandla, l'aîné des héritiers de M. Mandela, s'est querellé avec sa famille à propos du lieu d'inhumation des trois enfants décédés du patriarche. Il n'était pas possible de savoir si ses commentaires correspondaient à l'opinion d'autres membres de la famille.

Le bureau de M. Zuma a affirmé que l'état de M. Mandela «vacillait entre sérieux et critique, et parfois instable» durant son séjour à l'hôpital et que «malgré les difficultés causées par ses diverses maladies, il démontre, comme toujours, une grâce et un courage immenses».

«Madiba a été traité par une importante équipe médicale composée d'acteurs des secteurs militaire, académique, privé et public. Nous remercions tous les professionnels de la santé de l'hôpital pour leur dévouement», ajoutait le communiqué.

Le gouvernement a donné peu de détails sur l'état de santé de M. Mandela, invoquant la confidentialité et le respect de la dignité du patient. Mais des rumeurs ont circulé sur les médias sociaux et d'autres forums, alimentées en partie par la querelle familiale.

M. Mandela éprouve des problèmes respiratoires depuis qu'il a contracté la tuberculose durant son emprisonnement de 27 ans. Il a passé la majorité de cette période sur l'île de Robben Island, une prison au large du Cap où M. Mandela et d'autres prisonniers de l'apartheid ont passé une partie de leur peine à travailler dans une carrière de calcaire.

PLUS:pc