NOUVELLES

Le Canada se prépare-t-il pour les voitures intelligentes?

01/09/2013 04:25 EDT | Actualisé 31/10/2013 05:12 EDT

Des voitures sans conducteur pourraient rouler sur les routes canadiennes d'ici quatre ans, mais personne ne semble vouloir piloter la réglementation et l'arrivée de ces autos, déplore un expert en matière de transport.

Selon Paul Godsmark, un ancien concepteur d'autoroutes qui donne maintenant des conférences aux autorités en matière de transport, le modèle de préparation que privilégierait habituellement le gouvernement, c'est-à-dire faire des essais et mener la recherche lui-même, prendra trop de temps.

Les automobiles sans conducteur arriveront, que l'on soit prêt ou non, et cela ne se fera peut-être pas aussi harmonieusement que l'on voudrait.

« Cette technologie nous frappera comme un raz-de-marée. Si on est prêts, tant mieux. Si ce n'est pas le cas, ce sera difficile. Mais ça s'en vient de toute façon », prédit M. Godsmark.

Google Inc. a affirmé que sa flotte composée d'une dizaine d'automobiles contrôlées par ordinateur, pour la plupart des Toyota Prius équipées d'un système d'autopilotage, a enregistré environ 483 000 kilomètres de parcours parfait, sans accidents.

Des États américains se préparent

L'an dernier, le Nevada est devenu le premier État américain à approuver la réglementation qui établit les normes pour les compagnies qui veulent tester des voitures intelligentes. La Californie a également adopté une loi qui requiert que le Département des véhicules motorisés jette les bases d'une réglementation pour le 1er janvier 2015.

Au Canada, ce sont les provinces qui sont responsables de ce dossier, et la réglementation pourrait tarder à venir.

Le porte-parole du ministère des Transports de l'Ontario, Bob Nichols, a écrit à La Presse Canadienne que la province, assistée de Transports Canada, évaluait la technologie et surveillait les développements. Mais aucune activité législative n'est prévue.

« Le ministère évalue tous les nouveaux types de véhicules et de technologies pour déterminer s'ils ont sûrs pour les routes de l'Ontario et comment ils peuvent être intégrés avec les autres véhicules et les piétons », explique Bob Nichols.

En Alberta, aucune discussion n'est prévue sur le sujet de ces drones automobiles, rapporte un porte-parole du ministère des Transports.

Des lois fédérales régulent la fabrication et l'importation de véhicules motorisés et d'équipements de véhicule.

Une porte-parole de Transports Canada, Andrea Mortiz, rapporte par courriel que le ministère travaillait avec des experts internationaux pour établir les normes en matière de systèmes de transport intelligent qui assistent le conducteur.

Selon l'évolution des systèmes, il pourrait en venir à permettre la conduite sans conducteur.

« Transports Canada permettrait l'importation de véhicules sans conducteur à condition qu'ils soient certifiés par le manufacturier et qu'ils soient conformes aux normes de sécurité exigées pour cette catégorie de véhicule », affirme Mme Moritz.

La Presse Canadienne

PLUS:rc