NOUVELLES

Syrie: Obama envoie un projet de résolution au Congrès pour utiliser la force

31/08/2013 12:03 EDT | Actualisé 31/10/2013 05:12 EDT

WASHINGTON - La Maison-Blanche a envoyé au Congrès un projet de résolution autorisant le président Barack Obama à utiliser la force militaire contre la Syrie.

L'ébauche fait suite à l'annonce de samedi de M. Obama de s'en remettre au Congrès pour l'autoriser à mener une frappe militaire contre le régime du président syrien Bachar el-Assad.

La résolution étale les allégations de l'administration selon lesquelles le régime syrien aurait tué plus de 1000 personnes le 21 août dernier en utilisant des armes chimiques. Elle affirme que l'objectif d'une réponse militaire serait de «dissuader, perturber, prévenir et dégrader» la capacité du régime à utiliser des armes chimiques.

La résolution autorise M. Obama à mobiliser l'armée en raison de la nécessité de servir ce but.

Le document ne donne pas d'échéancier pour les actions. Il précise toutefois que seul un arrangement politique peut résoudre la crise en Syrie.

Plus tôt samedi, M. Obama avait précisé que la direction du Congrès prévoyait de tenir un débat et d'organiser un vote aussitôt que les parlementaires reviendront en session, le 9 septembre.

Cette action militaire serait menée en réponse à une attaque chimique qui, disent les États-Unis, a été commise par le gouvernement du président syrien Bachar el-Assad. Selon Washington, plus de 1400 personnes ont été tuées lors de cette attaque, la semaine dernière.

Avec des navires de la marine se trouvant prêts à faire feu à partir de la Méditerranée, M. Obama a estimé que les États-Unis seraient «mieux placés» si le Congrès donnait sa propre opinion sur la question.

Au même moment, il a mis les parlementaires au défi de considérer «quel message (les États-Unis enverront) à un dictateur» si celui-ci a le droit de tuer des centaines d'enfants à coup d'armes chimiques sans en subir les conséquences.

Réagissant à l'annonce présidentielle, le leader républicain au Sénat, Mitch McConnell, soutient pour sa part que le rôle du président en tant que commandant en chef était renforcé lorsqu'il avait l'appui des parlementaires.

Ces derniers ont largement appelé M. Obama à inclure le Congrès dans sa décision en vertu de la Loi sur les pouvoirs de guerre.

De leur côté, les inspecteurs onusiens devant enquêter sur la présumée attaque chimique survenue en Syrie se seraient posés aux Pays-Bas, d'où les échantillons recueillis en Syrie devraient être expédiés dans divers laboratoires européens. Le but sera de tenter de détecter des traces de gaz mortels qui auraient pu être utilisés lors d'un bombardement d'une banlieue de Damas, le 21 août.

Les inspecteurs avaient précédemment quitté la Syrie et s'étaient envolés du Liban, samedi matin. Un avion qui aurait été nolisé par le gouvernement allemand a atterri à Rotterdam, samedi après-midi.

Vendredi, l'équipe d'inspection a procédé à une quatrième et dernière journée d'enquête, alors qu'elle tentait de faire la lumière sur les événements du 21 août.

Les résultats ne devraient pas être connus avant plusieurs jours, mais la responsable onusienne du programme de désarmement, Angela Kane, doit informer le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon plus tard samedi sur les progrès de l'enquête.

PLUS:pc