NOUVELLES

Syrie: les enquêteurs de l'ONU ont terminé leur travail

30/08/2013 01:59 EDT | Actualisé 30/10/2013 05:12 EDT
Getty
A convoy of United Nations (UN) vehicles leave a hotel in Damascus on August 26, 2013 carrying UN inspectors travelling to the site of a suspected deadly chemical weapon attack the previous week in Ghouta, east of the capital. The Syrian authorities approved the UN inspection of the site, but US officials said it was too little, too late, arguing that persistent shelling there in recent days had 'corrupted' the site. AFP PHOTO / STR (Photo credit should read STR/AFP/Getty Images)

NEW YORK, 30 août 2013 (AFP) - Les experts de l'ONU ont terminé leur travail en Syrie et vont désormais "rapidement" faire un rapport sur l'usage éventuel d'armes chimiques dans le conflit syrien, a déclaré vendredi le porte-parole des Nations unies.

"L'équipe a terminé de récolter des échantillons et des indices", a déclaré Martin Nesirky à des journalistes. "Ses membres préparent maintenant leur départ et quitteront Damas, puis la Syrie demain" samedi, a-t-il ajouté.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, a-t-il ajouté, est disposé à rendre compte si besoin est de leur enquête au Conseil de sécurité dès ce week-end. Aucun pays membre n'a encore réclamé une telle réunion.

M. Ban a reçu vendredi pendant un peu plus d'un heure les ambassadeurs des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Chine, Russie) pour évoquer le déroulement de l'enquête. A leur sortie, les ambassadeurs n'ont donné aucune précision sur la teneur de l'entretien. Washington et Paris se préparent à une éventuelle action militaire en Syrie alors que Moscou et Pékin y sont opposés.

La haute représentante de l'ONU pour le désarmement Angela Kane a quitté Damas vendredi et rendra compte à Ban Ki-moon de sa mission samedi à New York, a précisé M. Nesirky. Des interprètes et le personnel auxiliaire de l'équipe d'experts sont aussi partis vendredi.

Les 13 experts dirigés par le Dr Aake Sellström vont amener les échantillons, prélevés sur le site présumé d'un massacre à l'arme chimique près de Damas, à des laboratoires en Europe pour analyse. "L'équipe du Dr Sellström fait tout son possible pour mener rapidement le processus d'analyse", a indiqué M. Nesirky, tout en soulignant "la nécessité de faire attention" pour ne pas détériorer les éléments recueillis.

Le rapport final qu'écriront les experts sera distribué à tous les Etats membres de l'ONU, a-t-il ajouté.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


INOLTRE SU HUFFPOST

Les armes artisanales des rebelles en Syrie