NOUVELLES

NB: l'ex-conseiller Donnie Snook «honteux» d'avoir agressé des enfants

30/08/2013 07:22 EDT | Actualisé 30/10/2013 05:12 EDT

SAINT-JEAN, N.-B. - Donnie Snook, un ancien conseiller municipal de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, et intervenant auprès des jeunes, a affirmé vendredi qu'il ne pouvait expliquer pourquoi il avait abusé sexuellement et produit du matériel pornographique de jeunes garçons durant 12 ans, lui qui a également été victime d'abus sexuel dans sa jeunesse.

M. Snook a parlé devant une cour provinciale à Saint-Jean durant une audience de détermination de la peine, s'excusant d'avoir créé des années «de tristesse et de noirceur» dans la vie de 17 jeunes enfants.

«Je me tiens devant vous honteux de mes actions», a-t-il affirmé. «Si quiconque aurait dû savoir, c'était moi.»

M. Snook, âgé de 41 ans, a confié à la cour qu'il avait été abusé sexuellement à l'âge de 10 ans, à Terre-Neuve-et-Labrador, et qu'il lui était difficile de comprendre comment il avait pu infliger une douleur semblable à d'autres.

«Je suis devenu ce que je déteste le plus: un agresseur d'enfants», a-t-il déclaré. «Je ne ferai plus jamais de mal de la sorte à un enfant ou à une jeune personne.»

M. Snook a plaidé coupable en mai à 46 chefs d'accusation, dont agression sexuelle ainsi que possession, distribution et production de pornographie juvénile. De 2001 jusqu'à son arrestation en janvier 2013, il a fait 17 jeunes victimes masculines, la plupart de la région de Saint-Jean, dont l'âge variait entre cinq et 15 ans au moment des événements.

La procureure du ministère public, Karen Lee Lamrock réclame 21 ans d'emprisonnement. Elle affirme qu'en s'en prenant à de jeunes garçons alors qu'il jouait un rôle de modèle, par son travail dans des programmes pour la jeunesse et comme conseiller de Saint-Jean, il a brisé la confiance du public.

«Ce sont toutes ces choses qui lui ont donné accès à des enfants», a affirmé Mme Lamrock.

La défense a demandé une peine de 12 ans de prison, affirmant que M. Snook est prêt à aider les victimes de toutes les façons possibles et qu'il est anxieux d'amorcer une période de réhabilitation.

«Il a hâte au traitement pour apprendre à gérer ses pulsions», a affirmé l'avocat de la défense Peter White, ajoutant que M. Snook a coopéré avec les enquêteurs après son arrestation.

La peine de M. Snook sera connue le 10 octobre.

M. Snook a été arrêté par la Gendarmerie royale du Canada à la suite d'une enquête lancée en 2011, et à laquelle ont participé des policiers de Saint-Jean et de Toronto.

Il a été élu au conseil municipal pour une première fois en 2008.

PLUS:pc