NOUVELLES

Égypte: lors de nouvelles manifestations, les Frères changent de tactique

30/08/2013 08:34 EDT | Actualisé 30/10/2013 05:12 EDT
AFP

LE CAIRE, Égypte - Se remettant encore d'un violent coup de collier donné par les forces de sécurité, les Frères musulmans n'ont attiré que quelques groupes épars, vendredi, lors des plus récentes manifestations contre le coup d'État militaire commis en Égypte.

Alors que les structures et réseaux restants du leadership des Frères permettent encore de démontrer une solide coordination de la part des éléments moins publics, l'arrestation de milliers de leurs partisans et membres — et la peur d'un autre bain de sang — ont sapé leur capacité de mobiliser la rue.

La plus importante manifestation de la journée a rassemblé un peu plus de 10 000 personnes à l'extérieur du palais présidentiel, au Caire, alors que des dizaines d'événements regroupant environ 100 protestataires ou moins ont eu lieu à plusieurs endroits autour de la capitale, et en province.

Il s'agit d'une modification volontaire des tactiques utilisées il y a encore une semaine, lorsque le groupe s'est montré incapable de se réunir à un seul endroit pour une démonstration de force.

Des responsables de la sécurité ont qualifié le tout de «plan papillon»; un florilège de manifestations pour les distraire.

Plutôt que de regrouper les manifestations à un seul endroit et y affronter la police et des résidants en colère, les Frères semblaient plutôt prévoir précisément des centaines de petits événements afin de poursuivre les manifestations et éviter que du sang ne soit versé, selon des responsables de la sécurité.

Les organisateurs ont également tenté un subterfuge: ils ont dit qu'une manifestation aurait lieu sur la place du Sphinx au Caire, mais après que les forces de sécurité eurent barricadé l'endroit avec des barbelés, des chars et des blocs de béton, seules quelques centaines de personnes ont manifesté à proximité, et la foule la plus importante a convergé vers le palais présidentiel, de l'autre côté de la ville.

Plus de 1300 personnes, dont une majorité de partisans des Frères, ont été tués depuis le renversement du président Mohamed Morsi par l'armée, le 3 juillet.

La violence a atteint un sommet il y a deux semaines lorsque des forces de sécurité ont attaqué deux manifestations assises organisées par les Frères, tuant plus de 600 personnes lors des assauts. Plus de 100 policiers et soldats ont été tués depuis les raids du 14 août. Des postes de police, des bâtiments gouvernementaux et des églises ont également été attaqués.

Par ailleurs, l'ambassadrice américaine en Égypte Anne Patterson a quitté son poste après un mandat d'un peu plus de deux ans, a annoncé le département d'État. David Satterfield la remplacera temporairement.

Mme Patterson avait été critiquée par des partisans et des opposants de M. Morsi, qui avaient accusé les États-Unis d'appuyer leurs adversaires dans le cadre de cette crise politique.

INOLTRE SU HUFFPOST

Manifestations et répression en Égypte (14 au 16 août 2013)