NOUVELLES

Le profit de la Banque Laurentienne recule au troisième trimestre

30/08/2013 09:08 EDT | Actualisé 30/10/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le bénéfice net de la Banque Laurentienne (TSX:LB) a reculé de six pour cent au troisième trimestre, principalement en raison de l'intégration des Sociétés MRS ainsi que de la Fiducie AGF.

L'institution financière établie à Montréal a fait part vendredi d'un bénéfice net de 28,3 millions $, ou 91 cents par action, comparativement à 30 millions $, ou 1,06 $ par action, l'année précédente.

En entrevue, le vice-président directeur et chef de la direction financière, Michel Lauzon, a expliqué qu'il n'était pas inquiet de cette situation.

«Ce sont des dépenses temporaires, a-t-il souligné. Il s'agit des coûts reliés à l'intégration des systèmes et des individus dans notre organisation, dans ce cas-ci chez B2B Banque.»

Sur une base ajustée, excluant les éléments non récurrents, le résultat a grimpé de 13 pour cent, à 39,8 millions $, ou 1,31 $ par action, soit deux cents en deçà des analystes sondés par Thomson Reuters.

Les revenus de la Banque Laurentienne au trimestre qui s'est terminé le 31 juillet étaient de 221 millions $, en hausse de 14 pour cent par rapport aux 193,8 millions $ de la même période l'an dernier.

Le président et chef de la direction de l'institution, Réjean Robitaille, a préféré s'attarder à ces résultats.

«Nous avons continué d'enregistrer des revenus et des résultats solides au troisième trimestre en plus de tirer parti de nos acquisitions pour accroître les revenus», a-t-il observé.

La contribution de la Fiducie AGF, qui offre une gamme de produits financiers à des conseillers partout au Canada, au revenu total s'est élevée à 19 millions $ au troisième trimestre 2013.

Les provisions pour pertes sur prêts ont grimpé de 1,5 million $, passant de 7,5 millions $ en 2012 à 9 millions $ au troisième trimestre 2013.

Le montant brut des prêts douteux était de 98,2 millions $ au trimestre qui s'est terminé le 31 juillet dernier, comparativement à 156,4 millions $ l'an dernier.

M. Lauzon s'est montré satisfait du recul de cette statistique.

«C'est un chiffre qui va dans le bon sens, a-t-il observé. C'est une décroissance de 37 pour cent.

«Nous avons été prudents au cours du dernier cycle et les taux d'intérêt très bas ont fait en sorte que la santé financière de nos clients s'est améliorée», a ajouté M. Lauzon.

Il a également affirmé qu'il suivait de près les données concernant les récentes pertes d'emploi au Québec et au Canada.

Au début du mois d'août, Statistique Canada faisait état de 30 400 emplois perdus au Québec en juillet et d'un taux de chômage qui atteignait 8,2 pour cent dans la province.

«Jusqu'ici, nous ne voyons pas de problèmes qui se sont développés dans nos portefeuilles de prêts aux particuliers, a dit M. Lauzon. Il y a juste un ralentissement. Nous regardons cela puisque nous devons toujours juger de la solvabilité de nos clients dans nos standards de crédit.»

Le titre de la Banque Laurentienne a clôturé en baisse sur la Bourse de Toronto, en recul de 0,62 $, ou 1,38 pour cent, à 44,33 $.

PLUS:pc