POLITIQUE

Inquiétudes au sujet des frais imposés pour inviter des musiciens étrangers au Canada

29/08/2013 03:22 EDT | Actualisé 29/10/2013 05:12 EDT
SRC

Des propriétaires de bars et restaurants s'inquiètent d'être privés des exemptions accordées par Ottawa aux entreprises canadiennes qui invitent des musiciens étrangers.

Depuis quelques semaines, le gouvernement fédéral impose des frais administratifs aux entreprises qui veulent faire appel à des travailleurs étrangers temporaires. Ces frais, de l'ordre de 275 $ par personne, ne sont pas exigés pour les musiciens, sauf si ces derniers sont engagés par un bar ou un restaurant, même pour un soir.

Cette situation est inéquitable, juge Marco Lévesque, technicien de son au Blues Can de Calgary.

« C'est frustrant pour nous. On comprend que 275 $, ce n'est presque rien pour une entreprise qui fait venir un ingénieur de la Grande-Bretagne pour un an », explique M. Lévesque.

Même si les propriétaires du Blues Can n'envisagent pas de passer la facture aux spectateurs, ils craignent d'être tentés de ne plus inviter de musiciens étrangers, ce qui pénaliserait leurs clients.

Le ministre fédéral de l'Emploi et du Développement social, Jason Kenney, explique de son côté qu'il est normal de faire assumer les frais administratifs par les entreprises plutôt que par les contribuables.

Le Ministre ajoute que ce changement peut aussi favoriser les musiciens étrangers.

« On a reçu des appels d'artistes et de musiciens canadiens qui disent que, parfois, les étrangers, des États-Unis et d'ailleurs, prennent leurs emplois », fait valoir M. Kenney.

La Fédération canadienne des musiciens reconnaît que des membres établis dans des villes frontalières, comme Windsor, en Ontario, se plaignent de la concurrence.

Sa porte-parole, Fatima Guay, estime néanmoins qu'en général, la situation est loin d'être menaçante.

« Ce n'est pas une chose négative d'avoir des musiciens américains qui viennent ici. Nous avons beaucoup de musiciens canadiens aux États-Unis », explique Mme Guay.

INOLTRE SU HUFFPOST

La rentrée culturelle (Automne 2013)