Huffpost Canada Quebec qc

Cafouillage à la rentrée scolaire: 49 élèves déplacés à la CSDM

Publication: Mis à jour:
CHILDSAD
Shutterstock

Une cinquantaine d'enfants d'âge primaire ont eu une mauvaise nouvelle après leur premier jour d'école cette semaine. Ils devront recommencer leur rentrée scolaire dans un nouvel établissement.

Sylvie Brouillette a préparé son fils Joah, 5 ans, tout l'été pour son premier jour de maternelle.«Il connaissait le nom de sa prof, on a visité l'école trois fois, dit-elle. Il était déjà attaché à son école avant même de commencer.» Quand le petit Joah a appris qu'il doit changer d'école après y avoir passé sa première journée, «il a beaucoup pleuré», confie sa mère.

La classe de maternelle de Joah totalisait 23 enfants, alors que le ministère de l'Éducation prévoit un maximum de 18 enfants par classe de maternelle. Cinq élèves de sa classe devront donc refaire leur entrée scolaire dans une autre école du quartier. Au total, 49 enfants sont dans le même situation sur le territoire de la Commission scolaire de Montréal (CSDM).

Jeudi, Sylvie Brouillette a dû tout recommencer en vitesse. «On a été visiter l'autre école aujourd'hui et il rentre demain (vendredi)», dit-elle.

Le couple avait pourtant choisi l'école St-Étienne en raison de sa taille modeste et de sa proximité de la maison. «Avoir su que nous ne pourrions pas l'envoyer là-bas, nous aurions choisi une école alternative dans le quartier», dit Sylvie Brouillette.

Un problème récurrent

À la CSDM, on explique que le problème se répète chaque année. L'arrivée de nouveaux parents dans un quartier, en raison des déménagements ou de l'immigration, cause des surnombres dans les classes. Le problème est même moins important cette année que par le passé. «C'est 49 élèves de trop, dit Alain Perron, porte-parole de la CSDM. Mais c'est 49 sur un total de 45 000 élèves inscrits au primaire.»

La commission scolaire assure pourtant faire tout ce qui est en son pouvoir pour éviter cette situation. Au printemps, elle mène une campagne de sensibilisation qui inclut courriels et message sur la boîte vocale pour rappeler aux parents de signaler un changement d'adresse. Malgré tout, plusieurs parents négligent chaque année d'aviser l'école de leur nouveau quartier.

Le problème est aggravé par la diminution de la taille des classes entamée depuis 2009 et la surpopulation des classes. «Même si on voulait, nous n'avons plus de place pour faire des nouvelles classes», dit Alain Perron.

Malheureusement pour les parents diligents, les élèves dûment inscrits n'ont pas priorité sur ceux qui s'ajoutent sans prévenir. «Les enfants sont déplacés selon la géographie, dit Alain Perron. Les enfants loin de l'école seront envoyés dans un autre établissement.»

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

À voir aussi:

six bonnes habitudes de vie à inculquer à vos enfants
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Le chlore, une solution contre les moisissures dans les écoles

Point chaud - La mission pédagogique d'abord