NOUVELLES

Aucune mission militaire canadienne n'est prévue en Syrie, dit Harper

29/08/2013 07:20 EDT | Actualisé 29/10/2013 05:12 EDT

TORONTO - Le Canada n'a pas l'intention d'intervenir en Syrie, mais appuie ses alliés qui envisagent une frappe militaire contre le régime syrien, a déclaré jeudi le premier ministre Stephen Harper.

M. Harper a admis que, advenant le cas où la communauté internationale déciderait de ne pas répliquer à l'utilisation présumée d'armes chimiques en sol syrien, cela créerait un précédent «extrêmement dangereux».

Il a toutefois ajouté que son gouvernement n'était pas très enthousiaste à l'idée d'une intervention militaire de l'Occident dans le pays déchiré par la guerre civile et que le Canada ne prévoyait pas, pour le moment, y déployer des troupes.

Selon le premier ministre, le conflit syrien est avant tout religieux et il ne semble pas exister actuellement de solution idéale ou évidente à la crise.

Stephen Harper a cependant indiqué que le Canada soutenait les autres puissances occidentales qui songeaient à lancer une opération militaire en Syrie.

Le président syrien, Bachar el-Assad, a affirmé que son pays se défendrait contre toute agression, défiant ainsi les avertissements de la communauté internationale concernant de possibles représailles pour l'attaque chimique alléguée.

Mercredi, le président américain, Barack Obama, avait déclaré que le gouvernement syrien avait bel et bien eu recours à des armes chimiques contre sa propre population, ouvrant la voie à une frappe militaire de la part des États-Unis.

D'après M. Obama, les États-Unis ont conclu que le régime Assad avait lancé une attaque chimique le 21 août près de Damas qui a coûté la vie à au moins 100 Syriens.

Par ailleurs, tard jeudi, le gouvernement du Royaume-Uni a voté contre une intervention militaire en Syrie, la motion ayant été rejetée par 13 voix.

L'ONU a précisé que les enquêteurs devraient terminer leur mandat vendredi et soumettre leur rapport samedi.

PLUS:pc