NOUVELLES

Un centre animalier municipal dans le parc Angrignon

28/08/2013 03:30 EDT | Actualisé 27/10/2013 05:12 EDT

La Ville de Montréal a choisi le site du parc Angrignon pour y implanter son futur centre animalier, qui regroupera différents services visant à enrayer la surpopulation animale, assurer le bien-être des animaux et mettre sur pied un service d'adoption.

Le projet avait été annoncé par l'ancien maire Gérald Tremblay à la suite d'un reportage de Radio-Canada diffusé en avril 2011, qui révélait les mauvais traitements réservés aux animaux de la fourrière privée le Berger Blanc.

Le projet vise à réduire le nombre d'animaux errants et abandonnés et ainsi diminuer le nombre d'animaux euthanasiés, évalués sur le territoire montréalais à 14 000 par année. Montréal figure d'ailleurs parmi les villes nord-américaines où l'on euthanasie le plus d'animaux.

La Ville entend également favoriser la stérilisation des animaux, notamment par des cliniques qui rendent l'intervention plus abordable.

Déplorant une « offre de services insuffisante et inadéquate », la Ville, qui dit avoir amorcé un « important virage » et « un travail rigoureux », juge la construction du centre « nécessaire » et souligne que plusieurs grandes villes canadiennes ont déjà pris une initiative similaire.

À l'investissement déjà prévu de 23 millions de dollars pour le centre de services animaliers s'ajouteront 21 millions de dollars pour le réaménagement du parc Angrignon.

« Je suis très heureux que ce projet d'envergure soit réalisé dans l'arrondissement du Sud-Ouest. [...] Le parc Angrignon, grâce à sa localisation et à son accessibilité par transport collectif, s'avère être un choix judicieux », se réjouit le maire de l'arrondissement du Sud-Ouest et vice-président du comité exécutif, Benoit Dorais.

Ce complexe intégré comprendra :

  • la construction d'un nouveau bâtiment pour le centre animalier;
  • la réhabilitation du bâtiment existant en aire d'accueil, d'information et d'animation;
  • le réaménagement d'une partie du parc;
  • la réouverture de la ferme Angrignon, fermée depuis 2008, dont le concept sera bonifié et axé sur l'agriculture urbaine.

« Ce projet d'investissement [...] permettra non seulement de promouvoir la biodiversité auprès des visiteurs du parc, mais offrira également aux citoyens une foule d'activités pour se familiariser avec l'agriculture urbaine et la préservation des milieux naturels », souligne Josée Duplessis, présidente du comité exécutif et responsable du développement durable, de l'environnement, des grands parcs et des espaces verts.

Le centre animalier ouvrira officiellement en 2016, la ferme urbaine en 2017 et l'aménagement périphérique du parc sera terminé d'ici 2022.

PLUS:rc