NOUVELLES

Pipeline d'Enbridge : L'Ontario hausse le ton

28/08/2013 03:56 EDT | Actualisé 27/10/2013 05:12 EDT

De nombreuses villes de l'Ontario et du Québec se plaignent du manque de transparence de la compagnie Enbridge, qui souhaite transporter par oléoducs du pétrole des sables bitumineux de l'Alberta vers l'est du pays.

Le gouvernement de l'Ontario s'impatiente également et menace maintenant de ne pas appuyer le projet si la compagnie ne corrige pas le tir.

La compagnie projette d'inverser le flux de son pipeline entre Hamilton et Montréal pour y transporter un produit pétrolier jugé plus corrosif.

Pour la première fois, la première ministre ontarienne, Kathleen Wynne, a durci le ton face à Enbridge.

« Nous devons avoir des réponses et savoir que la sécurité des gens n'est pas à risque », tonne la première ministre.

Elle ajoute qu'elle refusera d'appuyer le projet, tant qu'elle n'aura pas obtenu de réponses à ses questions, quitte à tenir une étude d'impact environnementale.

Le ministre responsable de la région de Hamilton, Ted McMeekin, se dit quant à lui exaspéré.

« Enbridge est négligente dans son devoir de partager toute l'information nécessaire sur son projet, notamment sur les risques de fuites et les effets sur l'environnement », soutient-il.

À Montréal, l'Agence de santé et des services sociaux semble aussi s'impatienter. Dans une lettre envoyée à l'Office national de l'Énergie, l'agence se plaint du manque d'information sur les mesures en place en cas de déversement, et de l'effet potentiel sur l'eau potable de l'ouest de Montréal.

Enbridge affirme répondre à toutes les demandes d'information

Chez Enbridge, on assure être transparent et prendre très au sérieux toutes les demandes d'information sur le projet.

« Nous nous engageons à continuer à travailler avec tous les paliers de gouvernement afin de fournir des renseignements et répondre aux préoccupations qu'ils peuvent avoir sur le projet », assure Graham White, responsable des communications chez Enbridge.

Enbridge, qui assure avoir déjà répondu à des milliers de questions en provenance de citoyens, d'organismes et des pouvoirs publics, souligne qu'une grande quantité d'informations détaillées ont déjà été publiées par l'entreprise sur ses projets de transport de pétrole par oléoducs et que ces informations peuvent être consultées, notamment sur Internet.

« La province de l'Ontario et la ville de Hamilton ont toutes deux appliqué à titre d'intervenants et nous allons répondre à leurs questions et préoccupations dans ce processus », assure Graham White.

PLUS:rc