NOUVELLES

Peine de mort pour le psychiatre militaire qui a tué 13 soldats au Texas

28/08/2013 04:08 EDT | Actualisé 28/10/2013 05:12 EDT

FORT HOOD, États-Unis - Un tribunal militaire américain a condamné à mort, mercredi, le psychiatre Nidal Hasan pour avoir ouvert le feu sur ses collègues soldats sur la base texane de Fort Hood en 2009, faisant 13 morts et 30 blessés.

La peine capitale offre ainsi au psychiatre militaire la voie du martyre qu'il semblait rechercher en attaquant des collègues qui n'étaient pas armés.

Nidal Hasan pourrait devenir le premier soldat américain exécuté en plus de 50 ans. Mais parce que le système de justice militaire autorise de longs processus d'appel, son exécution pourrait ne pas avoir lieu avant des années, voire des décennies.

Le soldat, un musulman né aux États-Unis âgé de 42 ans, a justifié son geste en affirmant qu'il voulait protéger les insurgés islamistes à l'étranger contre une agression américaine. Il n'a jamais nié sa responsabilité dans la fusillade.

Il a admis devant le jury avoir ouvert le feu dans une salle d'attente bondée où des soldats devaient se soumettre à leur dernier examen médical avant d'être déployés en Irak ou en Afghanistan. Treize personnes avaient été tuées, dont une soldate enceinte, et 30 autres avaient été blessées.

Les mêmes jurés qui avaient reconnu sa culpabilité la semaine dernière avaient deux options: le condamner à la peine de mort ou à la prison à vie sans possibilité de libération.

Le procureur en chef a assuré les jurés que Nidal Hasan «ne serait jamais un martyr», malgré ses tentatives de lier son attaque à la religion.

«C'est un criminel. Un meurtrier de sang-froid», a déclaré le colonel Mike Mulligan dans son plaidoyer final mercredi.

Nidal Hasan n'a fait aucune déclaration et n'a eu aucune réaction visible lors de l'annonce de sa peine. Des responsables ont déclaré qu'il serait transporté à bord du premier vol militaire disponible vers la prison militaire de Forth Leavenworth, au Kansas.

Le psychiatre semblait déterminé à être condamné à la peine capitale pour ses croyances. Il a congédié ses avocats pour se défendre lui-même et il a à peine présenté une défense durant le procès.

Aucun soldat américain n'a été exécuté depuis 1961. Le président doit donner son accord avant l'exécution de tout membre des forces armées.

PLUS:pc