NOUVELLES

Le TSX grimpe légèrement alors que le pétrole touche un sommet de plus de 2 ans

28/08/2013 05:39 EDT | Actualisé 28/10/2013 05:12 EDT

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé mercredi sur une légère hausse au terme d'une séance volatile, les inquiétudes quant à une éventuelle frappe militaire dirigée par les États-Unis contre la Syrie ayant fait reculer la plupart des secteurs du marché.

L'indice composé S&P/TSX a avancé de 16,01 points pour terminer à 12 607,22 points même si les titres liés aux secteurs aurifère et des métaux de base ont perdu des plumes avec le recul des cours des métaux.

Le marché a cependant profité de l'appui des entreprises du groupe de l'énergie, la nervosité des investisseurs ayant propulsé le prix du pétrole brut à son plus haut niveau en plus de deux ans.

La Banque Nationale (TSX:NA) a affiché un bénéfice et des revenus du troisième trimestre en hausse, ce qui a permis à son action de prendre 1,89 $ à 81,14 $. Plus tôt dans la journée, le titre a même atteint le cours de 81,64 $, un nouveau sommet pour les 52 dernières semaines.

Le dollar canadien s'est déprécié de 0,1 cent US à 95,37 cents US, les investisseurs s'étant éloignés des actifs jugés plus risqués — notamment les devises.

Les marchés boursiers américains ont mieux fait, encouragés par la publication de données permettant de croire que la reprise du secteur de l'habitation aux États-Unis restait sur la bonne voie malgré une hausse des taux d'intérêt hypothécaires.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a avancé de 48,38 points à 14 824,51 points, tandis que l'indice composé du Nasdaq a grimpé de 14,83 points à 3593,35 points et que l'indice élargi S&P 500 a avancé de 4,48 points à 1634,96 points.

À Toronto, le secteur de l'énergie a affiché la plus importante hausse, de 1,5 pour cent, le prix du baril de pétrole brut ayant grimpé avec les inquiétudes au sujet d'éventuelles perturbations dans la livraison, malgré la publication de données faisant état d'une hausse inattendue des réserves de pétrole la semaine dernière.

Le contrat à terme sur le pétrole a avancé de 1,09 $ US à 110,10 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York, ce qui est son plus haut cours de fermeture depuis mai 2011. L'action de Canadian Natural Resources (TSX:CNQ) a pris 1,21 $ à 32,95 $, tandis que celle de Cenovus Energy (TSX:CVE) a gagné 81 cents à 30,86 $.

Le secteur industriel a lui aussi progressé, encouragé par la signature, par Bombardier, de trois ententes préliminaires qui pourraient notamment se traduire par la mise en place d'une chaîne d'assemblage de 100 appareils Q400 NextGen, dont la valeur est estimée à 3,4 milliards $ US. L'action de Bombardier (TSX:BBD.B) a gagné 12 cents à 4,69 $.

Le groupe des titres aurifères a encaissé le plus important déclin, soit environ 2,5 pour cent. Le prix du lingot d'or a cédé mercredi 1,40 $ US à 1418,80 $ US l'once à New York, après avoir bondi de 27 $ US la veille. Le titre de Barrick Gold (TSX:ABX) a effacé 38 cents à 20,26 $, tandis que celui d'Iamgold (TSX:IMG) a échappé 26 cents à 6,46 $.

Le secteur des mines et métaux a retraité de 0,6 pour cent, le cours du cuivre ayant perdu 3 cents US à 3,30 $ US la livre à New York. L'action de First Quantum Minerals (TSX:FM) a rendu 48 cents à 17,39 $.

PLUS:pc