NOUVELLES

États-Unis: le tireur de Fort Hood condamné à mort

28/08/2013 04:00 EDT | Actualisé 28/10/2013 05:12 EDT
AP

L'ex-psychiatre de l'armée américaine Nidal Hasan a été condamné à mort, mercredi, pour l'assassinat de 13 personnes en 2009 sur la base militaire de Fort Hood, au Texas (sud des Etats-Unis), a annoncé la présidente du jury.

Les treize membres du jury militaire, réunis en cour martiale sur cette même base de l'armée, ont décidé à l'unanimité d'infliger la peine capitale à Nidal Hasan, après quatre heures de délibérations.

Une colonel de l'armée, dont le nom n'a pas été divulgué, qui présidait le jury, a en outre annoncé que le condamné serait exclu de l'armée et perdrait toutes ses rémunérations.

La semaine dernière, le jury l'avait reconnu coupable des 45 chefs d'accusation pesant contre lui.

Selon son ancienne équipe de défense, qu'il avait récusée, Nidal Hasan cherchait volontairement à écoper de la peine capitale.

Tout au long du procès, débuté le 6 août, l'accusé, qui assurait lui-même sa défense, a refusé d'appeler des témoins, n'a contesté aucun des 89 témoins cités par l'accusation, n'a fourni aucun élément permettant de plaider des circonstances atténuantes et s'est contenté d'une seule déclaration au jury: "je suis le tireur".

Il s'agit du premier militaire à écoper de la peine capitale depuis 2005, quand l'ancien sergent Hasan Akbar avait été condamné à mort pour avoir tué deux soldats lors d'une attaque à la grenade au Koweit en 2003. Un appel pour troubles psychiatriques est toujours en cours.

Si Nidal Hasan est exécuté, ce sera la première exécution d'un militaire depuis 52 ans, selon les médias américains. Les exécutions de soldats aux Etats-Unis sont rares car elles requièrent l'approbation du président.

Considéré comme un "loup solitaire" d'Al-Qaïda, Hasan a plusieurs fois reconnu avoir tué 12 militaires et 1 civil, et blessé des dizaines d'autres à Fort Hood le 5 novembre 2009 dans le but d'empêcher les soldats de participer à une guerre qu'il considère "illégale" en Afghanistan et en Irak.

Le procureur militaire Steven Henricks a affirmé que M. Hasan, qui devait être déployé en Afghanistan, pensait accomplir "son devoir de tuer (au nom du) djihad".

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.