NOUVELLES

Des attentats font au moins 80 morts et 250 blessés en Irak

28/08/2013 06:41 EDT | Actualisé 28/10/2013 05:12 EDT

BAGDAD - Une vague d'attentats survenus à l'heure de pointe mercredi matin dans des quartiers majoritairement chiites autour de Bagdad ont fait au moins 80 morts et 250 blessés, soulevant davantage d'inquiétudes sur la capacité du gouvernement irakien à juguler les troubles religieux qui secouent le pays.

La plupart des attaques se sont produites à quelques minutes d'intervalle alors que les résidants se rendaient au travail ou allaient faire leurs courses. Selon les autorités irakiennes, les insurgés ont eut recours à des voitures piégées, à des attentats-suicides et à des bombes pour frapper des stationnements, des marchés extérieurs et des restaurants dans des zones dominées par les chiites.

Les forces de sécurité ont bloqué l'accès aux sites des explosions alors que des ambulances se précipitaient sur les lieux pour recueillir les blessés. Les rues étaient encombrées de carcasses d'automobiles dont des préposés à l'entretien et des commerçants balayaient les débris. Dans l'un des restaurants, le plancher était maculé de sang et les tables en plastique jonchées de plats.

Le quartier chiite de Kazimiyah, situé dans le nord de la capitale irakienne, figure parmi les plus durement touchés. Après l'explosion de deux bombes, un kamikaze à bord d'un véhicule a foncé sur les badauds qui s'étaient rassemblés autour du lieu des déflagrations et a fait détoner des explosifs. Selon la police, 10 personnes ont été tuées et 27 autres blessées.

Les attentats n'ont pas été revendiqués, mais ils portent la signature de la branche irakienne d'Al-Qaida, qui se fait appeler «État islamique en Irak et au Levant». Le groupe s'en prend souvent aux chiites, qu'il considère comme des hérétiques, et mène des attaques coordonnées afin d'attiser les tensions religieuses.

Même si les zones chiites ont subi le plus grand nombre d'attaques, les quartiers sunnites ont également été la cible d'attentats plus tard mercredi.

Cette violence fait suite à des mois de protestation de la part de la minorité sunnite en Irak contre le gouvernement à majorité chiite. Les attentats sont en hausse depuis que les autorités ont brutalement réprimé une manifestation sunnite en avril.

Selon un bilan établi par l'Associated Press, plus de 510 personnes ont perdu la vie en sol irakien jusqu'ici au mois d'août.

Les tensions religieuses en Irak sont exacerbées par la guerre civile en Syrie, où les rebelles, pour la plupart sunnites, tentent de renverser le président Bachar al-Assad, qui bénéficie du soutien des chiites iraniens.

Mercredi, le premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, a déclaré que les forces de sécurité et les autres institutions de l'Irak étaient en état d'alerte afin de protéger le pays des conséquences que pourrait entraîner une intervention militaire de l'Occident en sol syrien.

PLUS:pc