NOUVELLES

Londres ne lancera pas d'action militaire en Syrie avant les résultats de l'enquête de l'ONU

28/08/2013 03:49 EDT | Actualisé 28/10/2013 05:12 EDT
Getty
A Syrian man reacts while standing on the rubble of his house while others look for survivors and bodies in the Tariq al-Bab district of the northern city of Aleppo on February 23, 2013. Three surface-to-surface missiles fired by Syrian regime forces in Aleppo's Tariq al-Bab district have left 58 people dead, among them 36 children, the Syrian Observatory for Human Rights said on February 24. AFP PHOTO/PABLO TOSCO (Photo credit should read Pablo Tosco/AFP/Getty Images)

Le Royaume-Uni ne va pas lancer d'action militaire en Syrie avant d'avoir eu connaissance des résultats des experts de l'ONU qui enquêtent sur place sur une attaque présumée aux armes chimiques, selon une motion du gouvernement qui doit être soumise jeudi à un vote du Parlement.

"Le secrétaire général de l'ONU doit pouvoir s'adresser au Conseil de sécurité immédiatement après la fin de la mission de l'équipe", indique le texte publié mercredi, ajoutant que "le Conseil de sécurité des Nations unies doit avoir l'opportunité d'avoir ce compte-rendu et tous les efforts doivent être faits pour obtenir une résolution du Conseil de sécurité soutenant une action militaire avant qu'une telle action ne soit prise".

"Avant toute implication britannique directe dans une telle action, un autre vote aura lieu à la Chambre des Communes", précise la motion.

Une porte-parole de Downing Street a confirmé à l'AFP que ce vote "n'interviendrait pas avant que les inspecteurs de l'ONU aient pu faire leur rapport".

Le patron de l'ONU, Ban Ki-moon, a affirmé mercredi que les experts avaient besoin de quatre jours pour achever leur travail sur place. "Ensuite, les experts devront faire des analyses scientifiques, puis nous devrons faire un rapport au Conseil de sécurité afin qu'il entreprenne les actions qu'il juge nécessaires", a-t-il dit.

La motion qui sera soumise jeudi au Parlement britannique "déplore l'usage d'armes chimiques en Syrie le 21 août 2013 par le régime de (Bachar al-) Assad, qui a causé des centaines de morts et des milliers de blessés chez les civils syriens".

Elle "décide qu'une forte réponse humanitaire est requise de la part de la communauté internationale et que cela peut, si nécessaire, requérir une action militaire qui soit légale, proportionnée et destinée à sauver des vies en empêchant et dissuadant de l'usage d'armes chimiques en Syrie", précisant que cet usage est un "crime de guerre et un crime contre l'humanité".

INOLTRE SU HUFFPOST

Les armes artisanales des rebelles en Syrie