NOUVELLES

Malgré la concurrence, BRP devrait défendre ses parts de marché

27/08/2013 02:59 EDT | Actualisé 26/10/2013 05:12 EDT

Malgré la concurrence, le spécialiste des véhicules récréatifs Bombardier Produits Récréatifs (BRP) (TSX:DOO) devrait être en mesure de défendre ses parts de marché en dévoilant sa nouvelle gamme de produits Can-Am et Sea-Doo lors de sa réunion des concessionnaires prévue les 15 et 16 septembre, à Orlando, en Floride.

Dans un rapport diffusé mardi, l'analyste Benoît Poirier, de Desjardins Marché des capitaux, prévoit notamment que l'entreprise présentera un véhicule utilitaire et récréatif avec un moteur plus puissant afin de rivaliser avec le Polaris Ranger et le Big Red de Honda.

L'analyste croit également que BRP sera en mesure de s'approprier des parts de marché grâce à son véhicule côte à côte à quatre places Maverick Max, qui a été lancé au cours de l'été.

« La part de marché de l'entreprise dans les véhicules côte à côte devrait atteindre 15 % à l'exercice financier de 2016 comparativement à 11 % lors de celui de 2013 », écrit-il dans son rapport.

M. Poirier souligne aussi que les prix des véhicules côte à côte concurrents de Kawasaki, Artic Cat et Polaris ont grimpé de 6 % depuis leurs dernières présentations respectives.

Selon l'analyste, BRP pourrait même menacer très prochainement Polaris dans ce secteur.

« Avec les Can-Am Maverick et Maverick Max, qui ont reçu d'excellents commentaires, certains détaillants Polaris s'inquiètent de voir certains produits Can-Am leur arracher des parts de marché », écrit M. Poirier.

« BRP représente de loin la plus grande menace pour Polaris dans les véhicules côte à côte au cours des deux prochaines années, selon une étude de Powersports Business », ajoute l'analyste.

Du côté des véhicules tout-terrain, l'analyste de Desjardins Marché des capitaux estime que le Can-Am Outlander 500 de BRP est supérieur au modèle concurrent de Polaris.

« Nous voyons surtout l'arrivée du Sportsman 570 [de Polaris] comme une réaction au Can-Am Outlander 500 », note M. Poirer. Il ajoute cependant un bémol.

« Dans un marché où les consommateurs tentent d'en avoir pour leur argent, nous pensons que BRP devra continuer d'innover tout en proposant des prix plus bas [pour le Can-Am Outlander 500] », explique M. Poirier.

Au deuxième trimestre

Quant aux résultats du deuxième trimestre, qui devraient être dévoilés le 12 septembre, l'analyste de Desjardins Marché des capitaux prévoit un recul des ventes de produits saisonniers de 15 %, qui s'explique surtout par la décision de BRP d'abandonner la production de bateaux.

M. Poirier s'attend également à ce que le spécialiste des véhicules récréatifs enregistre une hausse de 4 % de ses revenus. À l'instar de ses concurrents, l'entreprise pourrait aussi augmenter ses objectifs pour 2014.

L'analyste place le cours cible de l'action de BRP à 32 $, ce qui équivaut à 18 fois les bénéfices prévus lors de l'exercice financier 2015. Il souligne notamment que BRP déplace sa production au Mexique, ce qui devrait relever ses marges.

L'entreprise devrait aussi bénéficier d'une certaine reprise de l'économie aux États-Unis, s'implanter dans certains marchés émergents en plus de développer ses produits existants, écrit M. Poirier.

En mi-journée, à la Bourse de Toronto, le titre de BRP demeurait inchangé, à 29,10 $.

La Presse Canadienne

PLUS:rc