NOUVELLES

Les tensions en Syrie avaient un impact négatif sur la bourse de Toronto mardi

27/08/2013 10:55 EDT | Actualisé 27/10/2013 05:12 EDT

La possible intervention militaire des pays occidentaux en Syrie suscitait des inquiétudes et avait des répercussions sur la bourse de Toronto mardi en mi-journée. L'indice S&P/TSX reculait de 48,64 points à 12 711,66 points.

Le dollar canadien perdait 0,02 cent à 95,19 cents US.

Les récents développements dans le conflit Syrien ont aussi eu un impact à New-York. Le Dow Jones chutait de 88,11 points à 14 858,35. Le Nasdaq diminuait de 41,09 points à 3 616,48 points. Le S&P 500 glissait de 14,75 points à 1 642,03 points.

Le prix du baril de pétrole brut augmentait de 2,73 $ à 108,65 $ US.

La tendance était à la baisse sur les places boursières de Londres, Paris et Francfort.

Les profits sont en progression pour BMO Groupe financier, qui a encaissé un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 1,12 milliard $ au troisième trimestre en vertu de revenus d'un peu plus de 4 milliards $.

Le bénéfice net attribuable aux actionnaires de la Banque Scotia a augmenté à 1,65 milliard $ au troisième trimestre, alors que les revenus sont passés à 5,52 milliards $.

En raison d'un « problème technique », les caisses populaires et les coopératives de crédit pourraient faire face à une augmentation d'impôt majeure, à 28 pour cent indique un rapport de la firme comptable Deloitte. Les mesures du budget fédéral de mars prévoyait un taux à 15 pour cent pour les banques et institutions de prêts.

Le budget fédéral de mars prévoyait des mesures pour que les banques et les institutions de prêts paient le même taux que les autres entreprises, soit 15 pour cent, mais en raison d'un «problème technique» le taux d'imposition des caisses populaires et des coopératives de crédit passerai de 11 à 28 pour cent.

Selon Statistique Canada, les bénéfices d'exploitation des sociétés canadiennes se sont chiffrés à 72,2 milliards $ au deuxième trimestre, en diminution par rapport au trimestre précédent. La plus forte baisse a été enregistrée dans les industries de la fabrication.

La centrale Vermont Yankee, la seule centrale énergétique nucléaire de l'État, devrait cesser ses activités à la fin du cycle actuel du combustible et son déclassement débutera cours au quatrième trimestre de 2014, mettant fin à une vilaine querelle concernant son avenir.

PLUS:pc