NOUVELLES

Les joueurs sont prêts à changer de position pour représenter le Canada à Sotchi

27/08/2013 04:59 EDT | Actualisé 27/10/2013 05:12 EDT

CALGARY - Le Canada pourrait aligner 14 joueurs de centre et huit défenseurs droitiers à Sotchi et néanmoins compter sur l'une des équipes les plus talentueuses du tournoi olympique de 2014.

Ça ne se produira probablement pas, mais la profondeur à ces deux positions représente tout un casse-tête pour le directeur général Steve Yzerman et ses adjoints. Pour les joueurs de centre et les défenseurs droitiers, la volonté de se déplacer pour évoluer à des positions inhabituelles pourrait faire partie des compromis nécessaires pour percer la formation partante.

«Écoutez, lorsqu'on parle d'Équipe Canada, personne ne va s'en faire s'il joue à gauche ou à droite, a commenté le défenseur du Canadien P.K. Subban. Tant que nous gagnons le match de hockey et que les gars sont prêts à s'adapter, c'est tout ce qui compte.»

Subban — le récipiendaire du trophée Norris la saison dernière — est droitier, tout comme Shea Weber, Drew Doughty, Alex Pietrangelo, Brent Seabrook, Kristopher Letang, Dan Boyle ainsi que les négligés Mike Green et Travis Hamonic. Le Canada comptera huit défenseurs dans sa formation en février, et même si Yzerman a plaidé qu'un nombre équivalent de défenseurs droitiers et gauchers n'était pas «une priorité», il préfère de toute évidence que ce soit le cas.

En prenant pour acquis que le défenseur des Blackhawks de Chicago Duncan Keith fera partie de l'équipe s'il est en santé, cette nouvelle est de bon augure pour les défenseurs gauchers tels que Jay Bouwmeester, Marc Staal, Dion Phaneuf, Dan Hamhuis, Karl Alzner, Marc Methot et Marc-Édouard Vlasic.

«C'est ce que j'entends depuis un petit bout de temps, que c'est le meilleur moment pour être un défenseur gaucher au Canada», a dit Alzner. «Je suis heureux de ne pas être un défenseur droitier, à caractère offensif de surcroît, en ce moment.»

Le Canada compte un surplus de ce type de joueurs, même si des blessures pourraient survenir au cours des trois premiers mois du calendrier régulier de la LNH et modifier la dynamique dans ce dossier. Mais si cinq ou six défenseurs droitiers jouent trop bien pour être exclus de l'équipe, alors il se pourrait que certains d'entre eux obtiennent un poste du côté gauche.

«Tout le monde a tellement de talent, tout le monde peut s'adapter à une nouvelle situation, a convenu Pietrangelo. On parle de la crème de la crème ici à ce camp, et je crois que le personnel d'entraîneurs serait très à l'aise de compter sur les services de n'importe qui d'un côté comme de l'autre, mais le fait de pouvoir s'adapter procurera de toute évidence de meilleures chances de faire partie de l'équipe.»

Certes, ce n'est pas seulement une compétition entre droitiers et gauchers. Yzerman a mis au clair qu'il ne bâtissait pas une équipe d'étoiles, mais plutôt un amalgame de joueurs qui occuperont des rôles différents.

Quelqu'un devra se concentrer sur la tâche de surveiller Alexander Ovechkin, Zach Parise et les autres, de bloquer des tirs et de joueur en infériorité numérique. Considérez ces rôles comme des cartes dans les jeux de Hamhuis et Alzner.

«Je tire beaucoup de fierté de mon jeu défensif, a convenu Hamhuis. Je suis un défenseur qui met l'accent sur la défensive d'abord, mais qui peut contribuer en attaque également. C'est le type de rôle que j'occupe, dans les deux sens de la patinoire, avec une emphase sur la défensive.»

Les joueurs de soutien devront aussi se démarquer en attaque, où le Canada compte plus de joueurs de centre talentueux que tout autre pays au monde. Sidney Crosby et Jonathan Toews sont déjà assurés de leur poste, mais des joueurs tels que Steven Stamkos, John Tavares, Patrice Bergeron et Claude Giroux pourraient aboutir sur les ailes.

L'entraîneur Mike Babcock n'hésitera pas à les utiliser à différentes sauces, afin de pouvoir bénéficier pleinement de leur talent. Il s'attend d'ailleurs à voir beaucoup de joueurs de centre au sein d'Équipe Canada.

«Je sais simplement par expérience, comme c'est le cas à Detroit, que nous devons déplacer certains joueurs afin de profiter de leur talent, a dit Babcock. Nous préférons qu'ils soient sur la patinoire. Et nous ferons la même chose ici. Les meilleurs joueurs seront ceux qui joueront.»

PLUS:pc