NOUVELLES

Le TSX culbute de 169 points dans un contexte de possible intervention en Syrie

27/08/2013 05:16 EDT | Actualisé 27/10/2013 05:12 EDT

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé mardi en baisse, la possibilité d'une intervention militaire de pays occidentaux dans le conflit en Syrie ayant entraîné un désinvestissement sur le TSX et d'autres places boursières mondiales.

L'indice composé S&P/TSX a échappé 169,09 points, soit 1,33 pour cent, pour terminer la séance à 12 591,21 points. Tous les secteurs du parquet ont reculé et l'indice phare torontois se retrouve ainsi au même point qu'au début du mois.

La pression à la vente s'est même étendue aux titres du secteur de la finance, malgré la publication de solides résultats trimestriels de la part de la Banque de Montréal (TSX:BMO) et de la Banque Scotia (TSX:BNS).

La Banque de Montréal a présenté un bénéfice net et des revenus en hausse par rapport à l'an dernier — et supérieurs aux attentes —, ce qui a valu à son action de prendre 27 cents à 66,05 $. La Banque Scotia, en plus d'annoncer une hausse de dividende, a elle aussi vu ses résultats surpasser les attentes, mais cela n'a cependant pas convaincu tout le monde. Son titre a glissé de 98 cents à 57,71 $.

Le dollar canadien a progressé de 0,26 cent US à 95,47 cents US. Le billet vert américain a grimpé vis-à-vis de plusieurs devises, puisqu'il est généralement perçu comme une valeur refuge dans les périodes d'incertitude, mais le huard a été appuyé par les hausses des cours de l'or et du pétrole.

Les indices boursiers américains ont aussi fortement retraité, au lendemain des déclarations du secrétaire d'État américain John Kerry, selon qui il est «indéniable» que le gouvernement syrien a fait usage d'armes chimiques. La perspective d'une action militaire dirigée par les États-Unis contre le régime Assad a suffi pour que les investisseurs réduisent leur exposition aux actifs jugés plus risqués, comme les actions.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a chuté de 170,33 points à 14 776,13 points, un creux de deux mois. L'indice composé du Nasdaq a retraité de 79,05 points à 3578,52 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a cédé 26,3 points à 1630,48 points.

Les tensions géopolitiques ont fait progresser le prix de l'or de 27,10 $ US à 1420,20 $ US l'once à la Bourse des matières premières de New York. Mais cette hausse n'a pas suffi pour faire avancer le secteur aurifère de Toronto, lequel a cédé plus de quatre pour cent. Le titre de Goldcorp (TSX:G) a effacé 1,52 $ à 31,35 $, tandis que celui de Barrick Gold (TSX:ABX) a rendu 88 cents à 20,64 $.

Le groupe des métaux de base du parquet torontois a cédé près de quatre pour cent, malgré les signes d'amélioration dans les économies américaine et chinoise. Le cours du cuivre a avancé mardi d'un cent US à 3,33 $ US la livre à New York.

Le cours du pétrole brut a pris 3,10 $ à 109,02 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York. Le prix de l'or noir a progressé de plus de 15 pour cent au cours des trois derniers mois, essentiellement en raison des inquiétudes liées au conflit en Égypte et à la guerre civile en Syrie, qui pourraient perturber la production et l'exportation, surtout en Libye et en Irak. Le spectre de la violence menace aussi de s'étendre et d'éventuellement bloquer d'importantes routes utilisées pour le transport du pétrole.

PLUS:pc