NOUVELLES

«Camouflage» de l'affaire Duffy: deux sénateurs se défendent

27/08/2013 04:44 EDT | Actualisé 27/10/2013 05:12 EDT

OTTAWA - Deux sénateurs conservateurs se défendent d'avoir comploté pour dissimuler des informations sur le paiement secret reçu par leur collègue Mike Duffy afin de rembourser ses allocations de logement injustifiées.

David Tkachuk et Carolyn Stewart Olsen réagissaient à des informations de CTV News concernant le scandale des dépenses au Sénat.

Selon ce reportage, qui s'appuie sur des courriels fournis par une source anonyme, les sénateurs auraient insisté auprès de Mike Duffy pour qu'il accepte un chèque de 90 000 $ offert discrètement par Nigel Wright, alors chef de cabinet du premier ministre Stephen Harper. On souhaitait alors que le sénateur Duffy prétende ensuite que l'argent provenait de ses poches, d'après CTV News.

Dans une déclaration conjointe transmise par courriel, David Tkachuk et Carolyn Stewart Olsen ont catégoriquement nié ces informations. Ils ont réitéré qu'ils avaient appris l'existence du fameux chèque par l'entremise des médias.

De son côté, le sénateur libéral Larry Campbell estime que son comité sénatorial, qui se penche sur le scandale des dépenses à la chambre haute, devrait s'intéresser aux deux sénateurs conservateurs.

Ces derniers siègent aussi au Comité permanent de la régie interne, des budgets et de l'administration, qui étudie actuellement les dossiers des allocations de logement et de déplacement indûment réclamées par certains membres du Sénat.

Le leader des libéraux au Sénat, James Cowan, a soutenu que l'enquête de la GRC permettrait de déterminer exactement ce qui s'est produit.

Le Nouveau Parti démocratique, qui n'a pas de représentants au Sénat, a tout particulièrement braqué les projecteurs sur David Tkachuk, qu'ils ont accusé par voie de communiqué d'être un «sénateur inadéquat dont la priorité principale semble être de couvrir les arrières des amis du parti», en relevant certaines de ses déclarations qualifiées de «contradictoires».

Le Parti libéral du Canada s'est quant à lui davantage concentré sur l'implication présumée de la sénatrice Stewart Olsen, lui demandant à elle — ainsi qu'à «tous les conservateurs impliqués» — de «cesser de jouer à l'autruche et dire la vérité sur cette affaire dans le cadre de l'enquête de la GRC».

PLUS:pc