NOUVELLES

Sables bitumineux : l'Ontario pose des questions à Enbridge

26/08/2013 08:07 EDT | Actualisé 26/10/2013 05:12 EDT

L'Ontario a de nombreuses inquiétudes au sujet du projet d'inversion du flux d'un des pipelines ontariens de la compagnie Enbridge pour y transporter du pétrole albertain vers le Québec, selon des documents envoyés à l'Office national de l'énergie.

La province craint des fuites à plus d'une vingtaine d'endroits entre Hamilton et Montréal, le long de l'oléoduc numéro 9-B d'Enbridge. Le gouvernement demande à voir les plans de rénovation de la compagnie et veut une inspection indépendante.

Les libéraux s'inquiètent aussi de la protection des cours d'eau en cas de déversement, notant qu'un tel événement pourrait menacer l'approvisionnement en eau potable de plusieurs villes. Selon le gouvernement, les risques de déversement pourraient être plus élevés en raison du nouveau produit, le dilbit, plus corrosif que le pétrole actuel, qui circulera dans le pipeline.

La province pose aussi des questions au sujet du plan d'urgence de la compagnie. Elle veut qu'Enbridge s'engage à assumer l'entière responsabilité des coûts de nettoyage et des répercussions socio-économiques. Elle veut aussi s'assurer que l'entreprise possède les fonds nécessaires.

Plusieurs questions posées par l'Ontario à Enbridge demeurent pour le moment sans réponse.

Prudence, mais pas d'étude

Plus tôt ce mois-ci, la première ministre ontarienne, Kathleen Wynne, disait vouloir procéder avec prudence. Pourtant, malgré toutes ses inquiétudes, son gouvernement n'a pas l'intention d'exiger une étude d'impact environnemental.

Dans une lettre dont Radio-Canada a obtenu copie, le ministre de l'Environnement estime que son champ d'action est limité parce que le projet d'Enbridge tombe sous la compétence du gouvernement fédéral.

Toutefois, selon le groupe Défense environnementale, le gouvernement ontarien, s'il le désire, peut invoquer sa loi sur la protection des sources d'eau potable pour exiger une étude parce que le projet pourrait menacer des cours d'eau protégés par cette loi. Le groupe de militants de l'environnement ajoute que la province aurait aussi le droit de refuser des permis à Enbridge pour la rénovation de certaines portions de l'oléoduc et de stations de pompage.

Le gouvernement de Kathleen Wynne rétorque qu'il défendra ses droits lors des audiences de l'Office national de l'énergie, qui auront lieu au mois d'octobre à Montréal et à Toronto. La Ville-Reine exprime d'ailleurs les mêmes inquiétudes que la province.

D'après le reportage de Christian Noël

Lettre des organismes de défense de l'environnement à la province (en anglais) :

Réponse du ministère de l'Environnement aux organismes de défense de l'environnement (en anglais) :

Première demande d'information de l'Ontario à Enbridge (en anglais) :

Première demande d'information de la Ville de Toronto à Enbridge (en anglais) :

Deuxième demande d'information de la Ville de Toronto à Enbridge (en anglais) : 

PLUS:rc