NOUVELLES

La Palestine affirme avoir suspendu les pourparlers avec Israël; les É-U nient

26/08/2013 02:45 EDT | Actualisé 26/10/2013 05:12 EDT

Les autorités palestiniennes ont affirmé lundi avoir annulé une ronde de négociations après que des soldats israéliens eurent tué trois manifestants durant des affrontements suite à une tentative d'arrestation en Cisjordanie.

Un porte-parole à Washington, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat, a nié cette information. Il n'a pas élaboré et les autorités israéliennes ont refusé de commenter.

Cet incident, le plus meurtrier que la région ait vu depuis plusieurs années, constitue un nouvel obstacle aux efforts de paix menés par les États-Unis, et qui viennent tout juste de reprendre après cinq ans d'interruption. Les autorités palestiniennes accusent les Israéliens de laisser traîner les discussions, afin de poursuivre pendant ce temps la construction de colonies juives.

La reprise des pourparlers de paix n'est pas encore annoncée, mais les responsables palestiniens, qui se sont aussi exprimés anonymement, ont affirmé que la suspension serait brève.

Les affrontements de lundi ont éclaté lorsque des soldats israéliens ont pénétré dans le camp de réfugiés de Qalandia, tout près de Jérusalem, pour y effectuer une arrestation.

Le porte-parole de la police frontalière paramilitaire, Shai Hakimi, a affirmé que des centaines de Palestiniens sont alors descendus dans les rues et ont lancé des bombes incendiaires, des blocs de ciment et des pierres sur les soldats.

L'armée israélienne affirme que des soldats sont arrivés en renfort et ont fait feu lorsqu'ils ont senti que leur vie était «en danger imminent».

L'hôpital de Ramallah a confirmé le bilan de trois morts et de plus d'une dizaine de blessés.

Les autorités palestiniennes soutiennent que les discussions avec Israël sont annulées pour protester contre la violence et exprimer leur déception face à l'annonce, dimanche, de la construction de nouvelles colonies juives à Jérusalem-Est.

PLUS:pc