NOUVELLES

Les combats entre soldats congolais et rebelles près de Goma ont fait 82 morts

25/08/2013 11:16 EDT | Actualisé 25/10/2013 05:12 EDT

GOMA, République Démocratique Du Congo - Les soldats congolais et les forces rebelles ont subi de lourdes pertes dimanche, selon un médecin proche de la ligne de front, alors que les deux camps s'affrontaient pour le cinquième jour consécutif près de la ville de Goma, dans l'est du pays.

Le docteur Isaac Warwanamisa a déclaré avoir vu 82 corps depuis le début de la journée, dont 23 étaient ceux de soldats de l'armée gouvernementale, a-t-il dit. Il s'agit du plus lourd bilan rapporté depuis que les hostilités ont repris la semaine dernière.

Un aumônier de l'hôpital militaire de Goma, Lea Masika, a affirmé que 59 blessés avaient été transportés dans l'établissement dimanche, portant à 720 le total des blessés soignés dans cet hôpital.

Les troupes gouvernementales se battent toujours pour reprendre le contrôle d'une colline d'où les rebelles du M23 peuvent viser Goma, une capitale provinciale d'un million d'habitants. Les soldats ont avancé de seulement deux kilomètres depuis que les combats ont repris mercredi, après une accalmie de trois semaines.

Les soldats congolais, appuyés par la nouvelle brigade d'intervention de l'ONU, ont affronté les rebelles pendant des heures samedi. Trois casques bleus ont été blessés dans les combats.

La brigade d'intervention, crée en mars avec pour mandat de protéger les civils dans la région, a tiré pour la première fois contre des positions rebelles jeudi.

«Nous utilisons de l'artillerie, des tirs indirects et notre aviation, et en ce moment nous avons des troupes sur le front» aux côtés des forces congolaises, a déclaré le commandant de la force de l'ONU au Congo, le général brésilien Carlos Alberto dos Santos Cruz.

De nombreux Congolais et observateurs extérieurs doutent que la brigade d'intervention de l'ONU puisse changer radicalement la situation dans l'est du pays. Samedi, des centaines de résidents de Goma sont descendus dans les rues pour manifester leur colère face aux tirs de roquette et d'obus qui ont fait au moins sept morts parmi les civils au cours des derniers jours. Deux autres personnes ont été tuées durant la manifestation, et l'ONU a réclamé l'ouverture d'une enquête.

Le gouvernement congolais accuse le Rwanda voisin de soutenir les rebelles, ce que nient les autorités de Kigali. Les leaders du M23 ont déjà dirigé d'autres groupes rebelles soutenus par le Rwanda dans l'est du Congo.

PLUS:pc