NOUVELLES

L'Impact a fait taire ses critiques en offrant une performance sans faille

24/08/2013 10:47 EDT | Actualisé 24/10/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - L'Impact de Montréal ne pouvait pas espérer mieux que cette victoire de 5-0 face au Dynamo de Houston pour faire taire ses critiques.

Plusieurs de ses partisans — et quelques journalistes — se sont emparés des médias sociaux au cours des derniers jours pour critiquer sa façon de gérer ses effectifs entre la Major League Soccer et la Ligue des Champions de la CONCACAF, où plusieurs réservistes ont été promus partants pour son dernier duel, face à C.D. Heredia, au Guatemala mercredi dernier.

Depuis le début du calendrier, l'Impact a une stratégie claire de rotation de joueurs et n'y a pas dérogé. La fraîcheur démontrée samedi soir par les joueurs qui n'ont pas été utilisés mercredi ont donné raison à l'organisation montréalaise.

«Si on regarde ce qu'on a fait, on a bien géré les effectifs, a expliqué l'entraîneur-chef par intérim, Mauro Biello. On avait un match difficile à faire au Guatemala et malgré tout, nous étions à trois minutes d'un match nul», a-t-il ajouté, sans même faire allusion au fait que l'équipe s'est défendue à 10 contre 11 pendant la dernière moitié de la rencontre.

«C'était important pour nous de bien gérer notre effectif et nous avons vu (samedi) soir de la fraîcheur dans les jambes, qui nous a permis d'inscrire une grande victoire pour nous.»

«Pour moi, le match de ce soir donne raison à la direction, a renchéri le défenseur Hassoun Camara. Il faut que les partisans acceptent que l'Impact de Montréal, ce n'est pas que 11 joueurs, c'est un groupe de 25-26 qui vit ensemble depuis 16 mois. Il faut accepter que chaque joueur fait partie du collectif et du travail qui est réalisé et qu'il ne faut pas dénigrer l'apport qui est fait.

«L'entraîneur a sa logique, qu'il tient depuis le début. C'est un peu la même histoire que contre Toronto, a-t-il ajouté en faisant référence à la performance de 6-0 réussie contre le Toronto FC en Championnat canadien, à la suite d'une déconfiture de 2-0 au BMO Field. Les partisans voient qu'on veut jouer sur tous les tableaux, même si c'est dur quand ça nous ajoute des matchs.»

Le milieu de terrain Patrice Bernier a pour sa part pris les choses en riant.

«Peut-être qu'il faut qu'on nous critique plus souvent, car la dernière fois nous avions gagné 6-0. Ça semble être la bonne formule. Va falloir qu'on laisse les gens continuer de nous critiquer.

«Les joueurs ont démontré qu'ils étaient frais, a-t-il ajouté plus sérieusement. Il fallait répondre et nous l'avons fait. Maintenant, il faut que ça se poursuive, ce n'est qu'un match.»

«Les entraîneurs prennent des décisions, nous, on y obéit, a fait valoir Justin Mapp, qui a offert une brillante performance avec deux aides, samedi. Vous savez, on a des joueurs plus âgés qui accumulent beaucoup de kilométrage et je crois que c'était la bonne décision de les reposer.»

Face au Dynamo, qui le talonne au classement, l'Impact a disputé un sixième match en 22 jours. Jeb Brovsky croit que c'est la bonne gestion de l'effectif qui a permis au club de connaître une aussi bonne performance à la fin de cette éreintante séquence.

«Nous étions bien reposés. En fait, je crois que les médias croyaient que nous étions plus fatigués que nous ne l'étions véritablement.»

PLUS:pc