La Société de transports de Montréal (STM) vient de retirer l'amende de 219 $ qu'elle avait imposée à une femme parce qu'elle avait tenté de payer son passage en autobus avec un billet de 5$.

La réglementation de la STM ne permet pas de monter à bord d'un autobus si on ne dispose pas de la somme exacte en pièces de monnaie.

Au début du mois, Pauline Tantost n'avait pas été en mesure de payer son passage puisque les boîtes de perception installées dans les autobus ne peuvent recevoir les billets en papier. Elle est donc montée sans payer, le chauffeur n'ayant pas voulu accepter son billet même si la jeune femme n'exigeait pas qu'on lui rende sa monnaie. Des inspecteurs de la STM l'ont ensuite expulsée de l'autobus avec son bébé de deux ans et lui ont remis une contravention de 219 $.

L'avocat qu'elle a embauché pour se défendre, Kenneth Zigby, a déclaré, jeudi, que la STM a indiqué qu'il était inopportun de donner suite à la contravention après un examen attentif des faits particuliers. Selon lui, c'était la bonne décision à prendre. Il n'a pas l'intention de poursuivre la STM, mais a indiqué qu'il aurait apprécié que la Société de transports s'excuse formellement auprès de Mme Tantost.

Me Zigby avait l'intention d'invoquer la Loi sur la monnaie pour faire annuler la contravention. « La Loi sur la monnaie prévoit qu'on peut faire des paiements libératoires, soit en pièces de monnaie, ou en billets », avait-il dit.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Loading Slideshow...
  • Le ministre des Transports, Pierre Moreau

  • Le président de la STM, Michel Labrecque