Huffpost Canada Quebec qc

Charte des valeurs: un «acte d'exclusion absolument terrible», dit Charles Taylor

Publication: Mis à jour:
OECUMENISM
Getty

Après la saison des idées, le PQ s'apprête à lancer la saison des valeurs québécoises. Un article du Journal de Montréal publié ce matin donne un avant-goût du débat qui risque d'enflammer le monde politique cet automne.

L'article (pour abonnés seulement) affirme que foulards islamiques, croix ostentatoires et autres symboles religieux seraient interdits dans toute la fonction publique dans le projet de loi qui sera défendu par le ministre responsable des Institutions démocratiques, Bernard Drainville. Si le dépôt de cette Charte des valeurs était prévu de longue date, la portée du projet décrit par le Journal de Montréal va au-delà des recommandations du rapport Bouchard-Taylor.

«Croix ostensible, voile intégral comme le niquab [sic] ou la burqa, le hidjab (voile couvrant les cheveux), le turban sikh et la kippa juive seront tous interdits dans les ministères, organismes, sociétés d’État, tribunaux et corps policiers», écrit la journaliste qui cite des «sources sûres».

Les mesures s'appliqueraient uniquement aux employés de la fonction publique, et non pas aux utilisateurs de ces services. Toutefois, les citoyens devront se présenter dans les institutions publiques «à visage découvert».

Ces révélations ont rapidement fait réagir le coprésident de la Commission Bouchard-Taylor, Charles Taylor. Sur les ondes de l'émission C'est bien meilleur le matin, à la radio de Radio-Canada, le coauteur du rapport a qualifié d'«acte d'exclusion absolument terrible» les mesures proposées. «C'est quelque chose qu'on s'attendrait à voir dans la Russie de Poutine», a-t-il lancé.

«Ça exclut de ces fonctions-là tout un pan de la population, dit Charles Taylor. Des gens qui croient qu'ils doivent afficher d'une façon ou d'une autre leurs croyances religieuses.»

Au moment d'écrire ces lignes, le ministre Bernard Drainville refusait de commenter le dossier.

Une charte radicale?

L'opposition n'a pas tardé à dénoncer la position du gouvernement dans cet épineux dossier. « Le Parti québécois tente de faire diversion », avance le député du Parti libéral du Québec (PLQ), Raymond Bachand. Il reproche au gouvernement de tenter de détourner l'attention de la situation de l'emploi et des finances publiques en braquant les projecteurs sur un autre sujet.

Sur le fond, M. Bachand estime que le projet de charte des valeurs québécoises, tel que décrit dans le Journal de Montréal, va trop loin. « On va attendre de voir le projet, mais ce qu'on lit dans le Journal de Montréal dépasse ce qui est raisonnable. »

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, déplore quant à lui les positions du gouvernement et du PLQ. Il estime que celle du PLQ est trop molle alors qu'il qualifie celle du gouvernement de « radicale ». « Plus de signe religieux nulle part, pas d'accommodements », déplore M. Legault. « Nous ferons connaître notre position qui en sera une équilibrée », a-t-il poursuivi.

Le rapport de plus de 300 pages de la commission Bouchard-Taylor, du nom de leurs auteurs Gérard Bouchard et Charles Taylor, formulait 37 recommandations. Entre autres, ils proposaient au gouvernement du Québec de produire un livre blanc sur la laïcité, de promouvoir l'interculturalisme, de mieux intégrer ses immigrants et de les protéger plus efficacement contre toute forme de discrimination.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


À lire aussi sur le HuffPost Québec

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Charte des valeurs

Signes religieux: la «charte des valeurs» ira plus loin que prévu

Charte des valeurs québécoises: le PLQ pourrait s'y opposer

Accommodements: la CAQ suivra les traces de Bouchard-Taylor

Accommodements religieux: la CAQ suivra les traces de Bouchard-Taylor