DIVERTISSEMENT
20/08/2013 09:48 EDT | Actualisé 20/10/2013 05:12 EDT

L'écrivaine Isabelle Laflèche lance le « Carnet d'une romancière à Paris »

Courtoisie

Amoureuse des mots, des vêtements et des belles choses, maîtresse de la culture et de l'histoire, l'écrivaine Isabelle Laflèche (J'adore New York, J'adore Paris) publie ces jours-ci le « Carnet d'une romancière à Paris », guide voyage nouveau genre qui ne donne qu'une seule envie : prendre le prochain vol pour la Ville Lumière !

Après avoir lancé le « Carnet d'une flâneuse à New York », écrit par la journaliste Esther Bégin, Les Éditions La Presse ont posé le deuxième jalon d'une nouvelle série en invitant Isabelle Laflèche à partager les coups de cœur accumulés au cours de ses nombreux voyages dans la capitale française.

Après avoir été marquée par la richesse culturelle de Paris lors de son premier voyage, au terme de ses études universitaires, la blonde romancière a approfondi son amour pour la Ville Lumière en tombant sous le charme d'un Parisien qui vit à Montréal. « À partir de là, les choses ont déboulé, affirme-t-elle. Je visite Paris une ou deux fois par année depuis environ sept ans, ma belle-mère vit là-bas, et j'ai eu l'opportunité de vivre comme une Parisienne en louant un appartement pendant quelques semaines, lorsque j'écrivais mon deuxième roman. Je prenais le temps de fouiner un peu partout et d'apprécier la ville avec des yeux nouveaux. »

Loin des sentiers battus... et des touristes

Page après page, Isabelle Laflèche révèle des centaines de secrets sur Paris : hôtels de charme et petits cafés cosy, restaurants où l'on peut croiser un serveur parisien souriant et manger comme un roi, pâtisseries où les arguments de notre tour de taille ne font pas le poids face à l'attrait des macarons et des choux à la crème, galeries et musées moins connus des grands circuits touristiques, adresses de choix pour remplir sa garde-robe sans se ruiner, spas et coins esthétiques pour se faire bichonner à la française, coins inusités de Paris la belle, ainsi qu'une multitude de lieux fréquentés par les grands noms de la littérature française.

« Chaque fois que je vais à Paris, j'arrête à la librairie Shakespeare & Company, un endroit de prédilection pour plusieurs auteurs célèbres, dont Henry Miller, Anaïs Nin et James Baldwin. Les lieux littéraires me parlent énormément. Quand j'y vais, je ferme mon téléphone et je vis un petit moment de magie. Je me sens comme une enfant dans un magasin de bonbons ! J'aime aussi beaucoup le Musée des lettres et des manuscrits où l'on retrouve des aperçus du travail de Flaubert ou de St-Exupéry. Je pourrais passer des heures là-bas. »

D'Obama à Gatsby le Magnifique

Si l'on se fie aux impressions laissées par la lecture du « Carnet d'une romancière à Paris », nul doute qu'il nous faudra plusieurs heures, voire plusieurs jours, pour découvrir toutes les de suggestions d'Isabelle Laflèche. Grâce à l'écrivaine, vous découvrirez entre autres une bonbonnerie vintage, un café typiquement américain où l'on trouve un Obamac'Burger, un resto où vous pourrez bruncher façon française, anglaise, libanaise ou grecque à longueur de journée, le café où Francis Scott Fitzgerald a fait lire Gatsby le Magnifique à Ernest Hemingway, un hôtel où des enfants ont colorié mur et baignoire, le plus beau parc de Paris de style anglo-chinois, la maison d'un grand parfumeur pour qui « le parfum est une œuvre d'art qui appartient au patrimoine de l'intimité », un spa où l'on retrouve des cabines en forme de cocons de vers à soie, un moyen de visiter le Paris underground en n'ayant aucune idée de l'itinéraire qu'on vous réserve, et tant d'autres surprises.

Citer Balzac, pasticher La Fontaine

Avec toutes ces petites trouvailles, Isabelle Laflèche rend ainsi justice à Honoré de Balzac, qu'elle cite dans son avant-propos : « Paris est un véritable océan. Jetez-y la sonde, vous n'en connaîtrez jamais la profondeur. » Profondément amoureuse de la Ville lumière, la romancière a fait honneur à l'illustre écrivain en rendant son carnet le plus complet possible. « Après avoir visité Paris plusieurs fois, j'avais déjà une liste de coups de cœur découverts au fil de mes voyages. J'ai ajouté certains endroits lors de mes deux derniers séjours, mais je ne voulais pas faire un carnet hyper trendy, parce que les endroits trendy ne le sont jamais très longtemps. Je souhaitais surtout écrire le carnet que j'aurais voulu recevoir quand je suis arrivée à Paris la première fois. »

Prenant elle-même 98 % des photos qui se retrouvent dans le livre, l'auteure a eu besoin d'une semaine entière pour faire le tour de la ville. « J'avais préparé un plan avec des listes d'endroits dans chaque arrondissement pour être efficace. Je découvrais de nouvelles adresses et je revisitais celles que j'aimais déjà. C'était des journées très agréables ! »

De janvier à mai dernier, elle s'est ensuite chargée de la rédaction du carnet, en se permettant d'écrire directement en français pour la première fois, alors qu'elle a l'habitude d'écrire ses romans d'abord en anglais, avant de les voir traduits. « J'ai été agréablement surprise de constater à quel point les mots coulaient facilement. Après mon retour de New York il y a quelques années, j'avais l'impression d'avoir perdu un peu de mon français, mais à force de lire les journaux et des romans en français, il est redevenu solide. C'est un constat réconfortant qui me donne envie d'écrire à nouveau en français. »

Laflèche a même osé un brin de poésie, en adaptant certaines fables de Lafontaine à sa manière. « Depuis cinq ou six ans, en cachette, je retravaille certains de ses textes en véhiculant des morales sur des thématiques plus modernes, comme l'obsession de la beauté, de la minceur et du vedettariat. J'ai un peu peur de m'attaquer à un monstre de la littérature française, un classique qu'on étudie à l'école, mais je me suis beaucoup amusée à faire ça. »

De succès en succès

Au cours des semaines précédant la sortie de son guide de voyage, Isabelle Laflèche a savouré le succès de ses deux premiers romans, J'adore New York et J'adore Paris, qui ont trôné tout l'été dans le top 10 des romans québécois les plus vendus, aux côtés de Kim Thuy, Janette Bertrand et Chrystine Brouillet.

Loin de s'asseoir sur ses lauriers, l'écrivaine a déjà écrit les trois quarts du troisième tome de la série J'adore, qui fera découvrir à ses fidèles lecteurs une nouvelle ville... et un nouveau continent.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


INOLTRE SU HUFFPOST

Réflexions de Paris