On vous a déjà peut-être posé la question. Etes vous plutôt guidé par votre cerveau gauche ou votre cerveau droit ? Vous avez même tenté d'en savoir plus en répondant à plusieurs questionnaires trouvés sur internet ou dans un magazine.

Soit vous mobilisez plus votre partie droite, ce qui suggère que vous avez une personnalité artistique, créative, ouverte d'esprit et émotive; soit vous vous utilisez davantage votre partie gauche, alors vous êtes doté d'un profil plus consciencieux, analytique et logique. En réalité, d'après cette nouvelle étude publiée dans la revue américaine Plos One, votre personnalité n'a strictement rien à voir avec l'utilisation des hémisphères cérébraux.

Mieux encore, des chercheurs de l'Université de l'Utah ont remarqué que l'on n'utilisait pas forcément un hémisphère cérébral plutôt qu'un autre. En réalité, cette question de l'asymétrie cérébrale fait l'objet depuis plusieurs années de nombreuses controverses scientifiques. Popularisée par certains auteurs scientifiques à la fin des années 1990 dont le cancérologue Lucien Israël ou la psychothérapeute Béatrice Millêtre, cette thèse est pourtant considérée comme simpliste par la communauté scientifique.

Phénomène de latéralisation

C'est avec la participation d'un millier de volontaires âgés entre 7 et 29 ans que ces neurologues sont arrivés à ce constat. Tandis qu'ils étaient en situation de repos, les cerveaux des participants ont été étudiés à l'aide d'une technique d'imagerie par résonance magnétique (IRM).

Mais que cherchaient donc ces scientifiques ? Ils ont essayé de vérifier le phénomène de la latéralisation. Pour être plus clair, ce phénomène est l'idée que certaines activités cérébrales se concentrent davantage dans la zone gauche ou droite de notre cerveau. Avant de commencer leur analyse, ils ont divisé le cerveau en 7000 régions dans le but de voir si certaines connections dominaient plutôt dans l'hémisphère droit ou gauche.

Les chercheurs ont donc scruté à la loupe le cerveau des volontaires. Il se sont demandés s'il y avait le même nombre de connections cérébrales dans chaque hémisphère. En effet, si le phénomène de latéralisation se vérifie, certaines connections se développent davantage dans une zone plutôt que l'autre.

Pas de preuve

Les chercheurs américains ont réussi à prouver que ce phénomène de latéralisation n'existait pas. Les connections fonctionnent en fait par paire. Ainsi donc, une connexion qui se déroule dans une région de la partie gauche de votre cerveau entraîne une connexion similaire dans la même région de la partie droite. Il y a donc une corrélation cérébrale entre les deux hémisphères du cerveau et non pas une partie du cerveau plus mobilisée que l'autre.

Les données récoltées au scanner n'ont par conséquent pas donné la preuve qu'il existe des différences en ce qui concerne l'intensité de l'un ou de l'autre hémisphère.

Ce qui a amené le chercheur de l'étude Jeff Anderson à affirmer que la corrélation entre le type de personnalité et la dominance hémisphérique est une idée trop simpliste:

Il est certain que certaines aptitudes mentales se déroulent dans certaines zones du cerveau plutôt que d'autres. Le langage se situe à gauche, la concentration davantage à droite. Mais les gens ne mobilisent pas particulièrement l'hémisphère gauche ou droite. Il semble que les types de personnalité ne s'expliquent pas par rapport à l'activité ou aux connections de l'un des deux hémisphères.
Retrouvez les articles du HuffPost Art de vivre sur notre page Facebook.


Loading Slideshow...
  • Se plonger au Pays des Merveilles

    À chaque fois que vous tombez sur quelque chose qui semble n'avoir aucun sens, votre cerveau met les bouchées doubles, explique Travis Proulx, chercheur à l'université de Californie de Santa Barbara. Les personnes qui ont participé aux tests sont parvenues à analyser des données avec une précision presque deux fois plus importante après que Proulx et ses collègues leur ont présenté des histoires sans queue ni tête de Kafka et David Lynch. <strong>Essayez:</strong> Confrontez-vous à des expériences inhabituelles qui pourraient vous surprendre ou vous perturber. Il n'y a pas d'incontournables mais une pièce du théâtre de l'absurde, un court métrage de David Lynch ou un tour dans un pays dont vous ne parlez pas la langue devraient faire l'affaire (une autre étude a montré qu'en pensant à des différences de culture avec un pays étranger où elles ont été, des personnes avaient 20% de chances en plus de réussir à résoudre un problème compliqué).

  • Trouver le bon café

    Une étude menée par l'université d'Illinois a montré que l'on trouvait des solutions créatives plus facilement en travaillant dans un environnement un peu bruyant. Un certain niveau de bruits de fond pourrait donner un coup de pouce à notre cerveau en nous distrayant et nous permettant ainsi de réfléchir de façon plus abstraite et donc plus créative. <strong>Essayez:</strong> Quittez votre zone de confort et de calme quand vous êtes bloqué. Trouvez un endroit rempli d'énergie mais pas trop bruyant. L'idéal est de 70 décibels, soit un café bien vivant (en plus, la caféine que vous y boirez vous donnera un coup de fouet).

  • Faire des bulles

    Le chewing-gum aide à se concentrer sur une tâche particulière, en plus de permettre d'être plus efficace et plus rapide, a découvert une étude de l'université de Cardiff. Au cours de tests audio et visuels, les mâcheurs de chewing-gum ont été meilleurs que leurs pairs. Entraîner sa mâchoire, de façon rythmée et régulière, augmente le flux sanguin dans des régions du cerveau responsables de l'attention. De quoi rester concentré, même face à une tâche ennuyante. <strong>Essayez: </strong>Plus vous mâchez longtemps, mieux c'est.

  • Quitter son tapis de yoga

    Le yoga, c'est génial: ça fait travailler la posture, les muscles et même l'esprit. Par contre, pour ce qui est du cardio-training, ce n'est pas trop ça. Seuls les exercices de gym toniques permettent d'augmenter le volume du cerveau dans les zones de la mémoire et de l'attention, assure une étude de l'université de l'Illinois qui a observé de près des adultes suivant des programmes de fitness divers. L'aérobic est le meilleur moyen de faire augmenter les niveaux de facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF), une protéine qui participe à la croissance des neurones. <strong>Essayez: </strong>Trois séances d'une heure d'aérobic (jogging, marche rapide, vélo) toutes les semaines pendant six mois. Des exercices courts et intenses, comme un sprint, peuvent même suffire à augmenter les niveaux de BDNF et faciliter l'apprentissage de 20%, d'après une autre étude. Pour les inconditionnels du yoga, il est possible de faire du Vinyasa ou Power yoga avec une dose de méditation.

  • Plonger dans ses séries TV préférées

    Les séries TV, les romans, les messages écrits sur les trottoirs, ... Tout est bon pour vous donner des idées si vous prenez un peu de recul, assurent Sandra Bond Chapman et Shelly Kirkland dans leur nouveau livre, <em>Make Your Brain Smarter</em> ("Rendez votre cerveau plus intelligent"). La clé est de trouver un moyen de raccorder les nouvelles informations à votre propre expérience ou à vos connaissances. <strong>Essayez: </strong>Au lieu de simplement lire un livre ou suivre une série, essayez d'en tirer des leçons que vous pourriez appliquer. Jane Austen, pour votre vie, Downton Abbey, pour votre gestion de l'argent, tout est utile. Quand les volontaires de cette étude ont fait cet effort ils ont gagné en capacités cognitives après seulement six heures d'entraînement. Cette gymnastique mentale n'est cependant pas comme un sport physique, nuance Kirkland. Il faut faire ces exercices tout au long de la journée, aussi souvent que possible.

  • Parler avec soi-même

    Vous allez avoir l'air fou (surtout sans écouteurs) mais peu importe! Se parler à soi-même (à voix haute ou non) est maintenant reconnu scientifiquement comme étant bon pour le cerveau, comme le souligne l'université de Thessalie en Grèce. Cela vous permet d'être plus attentif, de vous stabiliser émotionnellement et de vous motiver pour agir. <strong>Essayez: </strong>Se parler à soi-même est particulièrement bienvenu lorsque vous travaillez ou apprenez quelque chose. De petites instructions ("Fais ci", "Fais ça", "d'accord", ...) sont généralement plus efficaces que des paroles d'auto-félicitation ("Je suis trop fort", ...). Selon une étude, des athlètes ont réussi à courir plus rapidement lorsqu'ils s'encourageaient pendant une course.

  • Prendre un stylo et un papier

    Écrire à la main — pas sur un clavier d'ordinateur ou de téléphone — stimule des zones du cerveau responsable de la réflexion, du langage et de la mémoire. Au cours d'une étude IRM de l'université d'Indiana, les enfants qui écrivaient à la main ont montré des schémas d'activation des neurones plus complexes que ceux qui n'écrivaient pas à la main. <strong>Essayez:</strong> Lorsque vous apprenez un alphabet, de la musique, des mathématiques ou une langue étrangère, préférez l'écriture à la main. Vous devriez vous en rappeler plus longtemps et plus rapidement que si vous tapiez à l'ordinateur, comme l'ont prouvé des adultes qui devaient reconnaître des signes chinois au cours d'une étude.

  • Traduire ses problèmes en langue étrangère

    Vous n'excellez peut-être pas en anglais ou en espagnol mais votre raisonnement sera plus clair si vous essayez de résoudre un problème dans une langue étrangère, affirme l'université de Chicago qui a demandé à des personnes bilingues de prendre des décisions. Cela leur a permis de prendre un peu de distance avec leurs problèmes et devenir ainsi plus objectives. <strong>Essayez: </strong>Si vous parlez une seconde langue (même moyennement), utilisez-la face à un problème de logique, comme des soucis financiers, suggèrent les chercheurs. Devez-vous emprunter? Acheter un château? Craquer pour de nouveaux vêtements? La réponse est peut-être dans votre dictionnaire bilingue.