NOUVELLES
18/08/2013 09:13 EDT | Actualisé 18/10/2013 05:12 EDT

Affaire Snowden : le mari du journaliste du <em>Guardian&nbsp;</em>retenu à Londres

Le mari du journaliste qui a publié les révélations d'Edward Snowden sur le programme d'écoute du renseignement américain a été retenu pendant 9 heures à l'aéroport de Londres-Heathrow, suscitant les protestations d'Amnistie internationale et du gouvernement brésilien.

David Miranda, un citoyen du Brésil, était en transit à Londres lorsqu'il a été interpellé par la police britannique, rapporte le journal The Guardian pour lequel écrit son compagnon, Glenn Greenwald. La police londonienne a confirmé qu'un « homme de 28 ans a été retenu à l'aéroport de Heathrow en vertu de l'article 7 la loi antiterroriste 2000. Il n'a pas été arrêté. Il a donc été relâché. »

Cet article de loi permet à la police d'interroger préventivement toute personne soupçonnée de préparer des actes terroristes en Grande-Bretagne pour déterminer si elle représente une menace.

Glenn Greenwald est le seul à avoir interviewé Edward Snowden et à avoir consulté les documents classés secrets que l'informaticien a dérobés pour mettre au jour les programmes de surveillance électronique de l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA).

Amnistie internationale a aussitôt dénoncé le geste de la police britannique : « Il est hautement improbable que David Michael Miranda, un citoyen brésilien en transit à Londres, ait été appréhendé par hasard, compte tenu du rôle que son mari a joué en révélant la vérité au sujet de la nature illégale du programme de surveillance de la NSA », a déclaré Widney Brown, directrice générale de l'organisme.

« La rétention de David était illégale et inexcusable », a-t-elle ajouté, estimant que M. Miranda était « de toute évidence une victime de tactiques de représailles ».

Le Brésil demande des comptes

Selon le Guardian, la police a confisqué des équipements électroniques appartenant à M. Miranda, dont son téléphone portable, ses clés USB, des DVD et des consoles de jeux.

La direction du journal a exprimé son « effarement » après cette arrestation et a demandé des explications aux autorités britanniques, tout comme le gouvernement du Brésil, qui a protesté contre la rétention d'un de ses citoyens, considérant « injustifiable d'impliquer un individu contre lequel ne pèse aucune charge pouvant justifier le recours à la législation » britannique antiterroriste.

« Le gouvernement brésilien exprime sa profonde inquiétude devant l'épisode qui s'est produit aujourd'hui (dimanche) à Londres, où le ressortissant brésilien a été retenu et maintenu sans contacts à l'aéroport d'Heathrow », peut-on lire dans le communiqué du ministère brésilien des Affaires étrangères.

À lire aussi : Surveillance électronique de la NSA : après Prism, XKeyscore

PLUS:rc