NOUVELLES
17/08/2013 05:17 EDT | Actualisé 17/10/2013 05:12 EDT

Le film «Gabrielle» de Louise Archambault remporte le prix du public à Locarno

MONTRÉAL - La réalisatrice québécoise Louise Archambault a reçu samedi le prix du public du 66e Festival international du film de Locarno, une récompense qui lui va «droit au coeur».

Visiblement fébrile, la réalisatrice, qui ne s'était pas déplacée en Europe pour l'occasion, assure que même à distance,la reconnaissance des cinéphiles la comble.

«J'ai eu les yeux pleins d'eau et le coeur chantant!», a confié Mme Archambault, décrivant à La Presse Canadienne sa réaction en apprenant que son film avait été le coup de coeur des spectateurs.

Les médias ont rapporté que la réponse avait été excellente lors de la projection en plein air du film à Locarno, en Suisse. Selon la réalisatrice, les 6000 spectateurs ont ovationné le film durant une quinzaine de minutes.

«À la fin, les gens venaient nous faire des accolades, ils voulaient nous adopter. Il y avait une humanité tellement grande qui se dégageait», raconte-t-elle.

Selon Mme Archambault, son film a plu parce qu'il «fait du bien» aux spectateurs.

«Le film est un drame sur des enjeux sérieux, mais avec une note d'espoir, une ouverture sur la différence. Ça leur fait du bien, en ce moment», estime-t-elle.

Le scénario de «Gabrielle» s'articule autour des sujets de la déficience intellectuelle, de l'amour et de la musique.

Le rôle central a été confié à Gabrielle Marion-Rivard, elle-même atteinte d'une déficience intellectuelle, qui en est à sa toute première incursion au cinéma et devant qui la réalisatrice se dit «en admiration».

L'inspiration de Mme Archambault lui est venue au fil de ses rencontres.

«La toute première germe, c'est que j'avais envie de parler du bonheur à travers des personnages qui sont en marge de la société. De fil en aiguille, plusieurs recherches et rencontres inspirantes m'ont menée à créer le personnage de Gabrielle.»

Rapidement, la musique et le chant choral ont pris une place centrale dans le scénario. La chorale, «c'est ce qui donne la force de persévérer, la force en groupe, de se comprendre et de s'ouvrir à l'autre», explique Mme Archambault.

Le film sortira en salle le 20 septembre au Québec.

PLUS:pc