NOUVELLES
16/08/2013 10:34 EDT | Actualisé 16/10/2013 05:12 EDT

Volte face diplomatique

Yelena Isinbayeva a tenté vendredi, par communiqué, de minimiser la polémique provoquée par ses déclarations de la veille.

La spécialiste de la perche, médaillée d'or des mondiaux, a publié un communiqué pour remettre ses propos dans leur contexte. Elle invoque la barrière de la langue.

« L'anglais n'est pas ma première langue et je crois que j'ai peut-être été mal comprise quand je me suis exprimée, a indiqué Isinbayeva. Ce que je voulais dire, c'est que les gens doivent respecter les lois d'autres pays, en particulier quand ils sont invités », a-t-elle souligné.

« Je suis opposée à toute discrimination contre les homosexuels, ou qui se base sur la sexualité », a ajouté Isinbayeva.

Une position qui contraste avec ses propos de mercredi en conférence de presse, rapportés par les agences de presse.

« Si vous permettez de militer et de faire toutes ces choses dans la rue, c'est inquiétant pour notre pays, car nous nous considérons comme des gens normaux où des garçons sont avec des filles, et des filles avec des garçons.

« C'est l'histoire qui nous l'a appris. Nous n'avons jamais eu ces problèmes en Russie, et nous ne voulons pas en avoir à l'avenir. La propagande des relations non traditionnelles serait un grand signe de non-respect des citoyens de notre pays et de nos lois, avait-elle affirmé.

« Toute personne qui viendra aux Jeux de Sotchi doit respecter nos lois.Nous tolérons toutes les opinions et nous respectons tout le monde, mais en retour ces personnes doivent respecter nos lois et ne pas promouvoir dans les rues les orientations [sexuelles] non traditionnelles. »

Visiblement, Yelena Isinbayevaa senti le besoin de rectifier le tir. Donc, si on comprend bien : elle est contre la discrimination envers les homosexuels, mais ne s'oppose pas à la loi en vigueur, et demande aux étrangers de la respecter. Une loi qui soit dit en passant prévoit pour les contrevenants amende, expulsion ou peine de prison.

Ces propos de mercredi avaient surpris l'ancienne championne olympique britannique de l'heptathlon, à Sydney, Denise Lewis.

« Isinbayeva est vraiment déconnectée du reste du monde. Je suis très surprise que ses dirigeants ne lui aient pas conseillé d'être un peu plus prudente et de s'abstenir d'exposer ses vues lors de cet événement. C'est vraiment accablant pour elle, qui est une vedette mondiale », avait dit Lewis.

Les commentaires de Yelena Isinbayeva ont créé un malaise au sein des athlètes russes, maintenant déchirés entre leurs convictions et leur patriotisme, écrit l'agence AFP.

PLUS:rc