DIVERTISSEMENT
16/08/2013 08:36 EDT | Actualisé 16/10/2013 05:12 EDT

«La Fraternité de la bière», à la défense des microbrasseries québécoises

Ismaël Houdassine

La microbrasserie québécoise semble se porter à merveille. Si l’on s’en tient uniquement aux chiffres, l’industrie brassicole locale connait présentement une vitalité sans précédent avec la production de plus de 3 300 sortes de bières! Le documentaire La Fraternité de la bière de Yan Desjardins diffusé dimanche prochain à Canal D vient remettre les pendules à l’heure. Car tout n’est pas si rose dans le merveilleux monde des petits brasseurs de bière. Législations contraignantes, salaires dérisoires et compétitions inégales contre les grosses multinationales pourraient à terme avoir raison de nos exploitants. Entrevue.

Avec sa barbichette et sa veste noire et blanche, Yan Desjardins possède un air de chanteur populaire. Assis au Broue Pub Brouhaha situé dans le quartier Rosemont à Montréal, le jeune homme tient dans sa main une bière comme un rocker tiendrait son micro. Là s’arrête la comparaison. À défaut de vouloir pousser la note, le réalisateur est surtout venu nous parler de son premier documentaire La Fraternité de la bière. «Je voulais montrer tous ces gars dont le métier est de brasser de la bière, explique-t-il en entrevue. Pour moi, ce sont des battants qui font ce qu’ils aiment contre vents et marées».

À première vue, nos microbrasseries n’ont pas l’air de souffrir le martyre. Les marques pullulent un peu partout et les points de vente se multiplient. «Je crois qu’il existe une méconnaissance du milieu. En allant à la rencontre de ses brasseurs, j’ai pu voir les véritables difficultés qu’ils doivent surmonter. Il faut savoir que malgré les apparences, les lois les empêchent de s’épanouir. Les règlements municipaux sont des barrières terribles. Toutefois, même si l’industrie de la microbrasserie ne fera pas d’eux des hommes riches, il reste qu’ils sont habités par la passion. Ils veulent faire rayonner le terroir du Québec à force de saveur», affirme-t-il.

Le réalisateur estime d’ailleurs que certains règlements ne tiennent tout simplement pas la route. «Vous avez d’un côté les politiciens qui promettent aux régions plus d’argent afin de stimuler l’économie locale, et de l’autre, toutes ces lois qui empêchent les brasseurs de bières de Mauricie ou du Saguenay d’aller vendre leurs produits à la Société des alcools du Québec (SAQ)», s’insurge-t-il.

C’est après avoir fait des capsules pour le Web que Yan Desjardins a décidé d’aller plus loin en réalisant un premier documentaire sur les exploitants brassicoles. «Je n’ai jamais été un grand amateur de bière. Je n’ai jamais aimé cela, concède-t-il. Jusqu’à ce que je comprenne qu’en fait si je n’aimais pas la bière c’est d’abord parce que je ne la connaissais pas, davantage habitué à boire de la bière commerciale».

Une communauté soudée

Tout au long du documentaire, le cinéaste suit un expert en la matière. À travers les yeux du «biérologue» Philippe Wouters, on découvre l’univers complexe des brasseurs québécois. «Beaucoup ont abandonné des emplois très lucratifs. Ils ont accepté de sacrifier leur carrière pour se lancer dans la microbrasserie avec toutes les incertitudes que cela comporte. En les côtoyant, j’ai constaté que ces gens font preuve d’une énorme générosité. Ils ne font pas partie d’un système économique habituel qui devrait normalement les pousser à l’égoïsme. Au contraire, ce sont avant tout des artisans», raconte-t-il.

Comme l’indique le titre de l’œuvre, il y est question de fraternité. «Oui, elle existe. Pour les brasseurs locaux, il n’y a pas de raison d’empêcher quelqu’un d’autre de produire sa propre bière. En fait, je vous dirais que le système capitaliste sauvage n’existe pas dans la microbrasserie puisque chacun peut évoluer dans sa propre niche. Et puis, il faut savoir que tous ces gens travaillent souvent ensemble. Ils se côtoient et se donnent des conseils. Ils ont tous un même et seul objectif, celui de faire connaître à plus de monde possible les bières locales», dit-il.

Le documentaire La Fraternité de la bière est diffusé le dimanche 18 août à 21 h à Canal D et en reprise le mardi 20 août à 15 h.

INOLTRE SU HUFFPOST

Cinq cocktails à base de bière