NOUVELLES
15/08/2013 05:53 EDT | Actualisé 15/10/2013 05:12 EDT

Legault critique, Bérubé réplique 

Les propositions de François Legault sont froidement accueillies par le ministre du Tourisme, Pascal Bérubé.

Le ministre et député de Matane-Matapédia est étonné de l'intérêt soudain du chef de la Coalition avenir Québec pour le tourisme. « C'est la première fois, relève Pascal Bérubé, que j'entends parler M. Legault de tourisme depuis la dernière élection. D'ailleurs, il n'est même pas venu dans notre région lors de la dernière campagne. Alors, il est un peu tard pour se faire le défenseur de l'industrie touristique de la Gaspésie. »

En Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent, jeudi et vendredi, pour faire la promotion de son « Projet Saint-Laurent », le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a fait part de ses intentions de placer le tourisme au cœur de sa stratégie de développement économique en faisant valoir les beautés du Saint-Laurent. « Que ce soit par des croisières ou autrement, explique François Legault, qu'on utilise le fleuve qui est vraiment une icône pour développer le Québec comme une des grandes destinations touristiques du monde. Il y a un potentiel énorme et il faut que le tourisme soit une priorité. »

François Legault croit que Québec doit investir de manière plus importante en tourisme. « On parle souvent, fait-il valoir, d'exporter des produits, mais d'importer des touristes, c'est aussi payant économiquement parce qu'il y a de l'argent de l'extérieur qui vient s'ajouter à notre économie. »

Le chef de la Coalition avenir Québec va plus loin. « « Il n'y a à peu près rien de fait actuellement, on est mal présenté que ce soit en France, aux États-Unis, on peut aller beaucoup plus loin », juge le chef de la seconde opposition à l'Assemblée nationale.

Solutions miracles et simplisme, selon le ministre

« Je préfère regarder les gestes qu'on pose, ça parle beaucoup plus fort que François Legault qui parle comme touriste et qui agit comme touriste dans notre région », rétorque le ministre du Tourisme, Pascal Bérubé.

Le ministre rappelle que son gouvernement a mis en place de nouveaux fonds d'aide aux entreprises touristiques pour justement bonifier l'offre et la promotion.

Le développement touristique au Québec, dit-il, est aussi tributaire d'enjeux comme le transport. « La question du transport aérien n'est pas nouvelle et ne se réglera pas du jour au lendemain », souligne Pascal Bérubé.

« C'est le simplisme qui habite M. Legault depuis qu'il a créé son nouveau parti. Ce sont des solutions miracles qui reposent sur le simplisme », ajoute Pascal Bérubé. Le ministre souligne par ailleurs que le ministère du Tourisme a été placé sous l'égide du ministère des Finances et de l'Économie. Il s'agit selon lui d'une preuve de l'importance que son gouvernement accorde à l'industrie.

Bisbille autour du développement éolien

Par ailleurs, le développement éolien n'a pas l'heur de plaire au chef de la CAQ qui trouve que cette industrie coûte cher au Québec. En juin dernier, sa formation politique avait voté contre le projet de loi qui autorisait les Micmacs de la Gaspésie à lancer la construction d'un parc éolien de 150 MW. « Je n'ai pas aimé du tout que les deux vieux partis, Parti québécois et Parti libéral, au mois de juin signent un contrat sans appel d'offres pour faire plaisir, pour créer quelques emplois », a-t-il indiqué.
François Legault ajoute qu'Hydro-Québec est maintenant obligée d'augmenter les tarifs de tous les Québécois parce qu'on a voulu, dit-il, « faire un geste de petite politique ».

« J'aurais aimé ça qu'il vienne le dire à Matane, c'est un peureux », a commenté le député de Matane-Matapédia qui maintient que la filière éolienne est importante pour l'économie du Québec. Son gouvernement, assure-t-il, défendra sa stratégie à l'automne.

Le ministre Bérubé soutient que le chef de la CAQ s'est souvent prononcé à l'encontre des intérêts régionaux. « Il trouvait que l'enjeu de la carte électorale pour le maintien des comtés était un enjeu secondaire, énumère le ministre, il émet de sérieux doutes sur les mesures fiscales pour aider les régions ressources et il arrive avec un projet de la Vallée de l'innovation qui exclut le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie et la Côte-Nord. »

François Legault croit par ailleurs que l'innovation pourra relancer l'économie du Québec. Pour y arriver, il estime que les universités doivent se rapprocher des entreprises. D'ailleurs, à cet égard, lors de son arrêt à Rimouski, il a cité l'exemple de la Technopole maritime de Rimouski où les entreprises profitent de l'expertise développée par les chercheurs de l'UQAR.

Un livre est à paraître au début de l'automne pour présenter la stratégie du parti de François Legault.

PLUS:rc