DIVERTISSEMENT
15/08/2013 09:21 EDT | Actualisé 15/10/2013 05:12 EDT

Théâtre La Licorne : se dire nos forces et nos faiblesses

Courtoisie

C’est sous le thème « Se dire » qu’a été lancée la nouvelle saison du Théâtre La Licorne, mardi. Le Théâtre de La Manufacture, qui assure la direction artistique de l’établissement de la rue Papineau, y proposera cette année quatre productions, tandis que 13 autres tiendront l’affiche en co-diffusion. L’offre, abondante, valsera dans tous les registres d’émotions et reflètera les préoccupations de notre société imparfaite.

Denis Bernard, directeur général de La Licorne, n’était pas peu fier de décliner les noms des nouveaux visages qui défileront sous son enseigne au cours des prochains mois. S’enorgueillissant d’accorder une grande place à la relève, tant au chapitre de la création que de l’interprétation, le comédien y est aussi allé d’une ode sentie à son métier et aux arts de la scène en général.

« C’est merveilleux de sortir d’une pièce et d’avoir le bonheur de partager avec d’autres, de se dire que, oui, le théâtre peut changer le monde », a-t-il déclaré avant d’être salué par les applaudissements nourris des acteurs et abonnés présents. L’homme a également osé quelques pointes humoristiques en présentant les extraits des textes sélectionnés.

Le titre du premier a de quoi faire sourire par sa longueur. En dessous de vos corps je trouverai ce qui est immense et qui ne s’arrête pas, de Steve Gagnon, mettra en vedette Marie-Josée Bastien, Marie-Soleil Dion, Renaud Lacelle-Bourdon, Guillaume Perreault et Claudiane Ruelland dans une joute de mots tirée du Britannicus de Jean Racine. Les personnages s’y livreront à des trahisons et des luttes de pouvoir, secoués par leurs amours obsessifs et leurs désirs vertigineux. À voir, du 1er octobre au 9 novembre.

licorne

Ensuite, Orphelins, de l’auteur anglais Dennis Kelly, traduite par Fanny Britt et mise en scène par Maxime Denommée, s’imposera à nouveau du 12 au 30 novembre après avoir fait salle comble lors de son premier tour de piste, en 2012. Steve Laplante, Étienne Pilon et Évelyne Rompré y traiteront de xénophobie. Cet arrêt à Montréal s’inscrira dans le cadre d’une tournée qui mènera l’équipe au Québec et au Nouveau-Brunswick, entre le 19 septembre et le 6 décembre.

François Archambault, un habitué de La Licorne, y reviendra du 14 janvier au 22 février avec Tu te souviendras de moi, sensible récit d’un historien à la retraite qui perd peu à peu la mémoire. Fernand Rainville dirigera Claude Despins, Emmanuelle Lussier-Martinez, Guy Nadon, Marie-Hélène Thibault et Johanne-Marie Tremblay dans cette chronique d’une société obsédée par le « moment présent », du 14 janvier au 22 février.

Enfin, le couple Pierre-Luc Brillant – Isabelle Blais pourra dire « Jamais deux sans trois ». Le tandem reprendra en effet son Midsummer – Une pièce et neuf chansons pour un troisième printemps consécutif, du 5 au 30 mai. L’anti-comédie romantique musicale, jouée par les protagonistes Bob et Helena, avait obtenu un formidable succès d’estime et populaire lors de sa présentation, en 2012 et 2013.

Originalité

De belles trouvailles sont également à signaler dans les spectacles offerts en co-diffusion. La troupe Les Éternels Pigistes s’amènera du 3 au 21 septembre avec Après moi, ce chassé-croisé campé entre les portes d’un motel de la route 117, signé de la main de Christian Bégin, monté pour la première fois en 2012, puis acclamé en tournée. La nouvelle sensation Fabien Cloutier, étoile du dernier Zoofest, s’éclatera dans Billy (Les jours de hurlement), du 9 au 27 septembre, puis dans Cranbourne, dont il assure l’écriture des textes, la mise en scène et la production, du 18 novembre au 13 décembre.

D’autres titres risquent enfin de retenir l’attention par leur caractère original. Des exemples? Comment s’occuper de bébé, de Dennis Kelly (4 au 22 mars), Raphaël à Ti-Jean (3 au 19 avril), Angoisse cosmique ou le jour où Brad Pitt fut atteint de paranoïa (13 au 24 mai), Comment je suis devenue touriste (19 août au 6 septembre), Le cellulaire d’un homme mort (20 janvier au 14 février) et Scratch (7 avril au 2 mai).

Mentionnons par ailleurs le retour de la valeur sûre que sont les Contes urbains, du 3 au 21 décembre; six auteurs, Martin Bellemare, Sébastien David, Rébecca Déraspe, Annick Lefebvre, Julie-Anne Ranger-Beauregard et Olivier Sylvestre, dépeindront leur vision de la ville dans une atmosphère festive.

Notons que les pièces ici énumérées peuvent être jouées dans l’une ou l’autre des salles, la Grande ou la Petite Licorne.

Pour tout savoir sur la nouvelle programmation et connaître les tarifs d’abonnement, on consulte le www.theatrelalicorne.com.

INOLTRE SU HUFFPOST

La rentrée culturelle (Automne 2013)