NOUVELLES
15/08/2013 05:02 EDT | Actualisé 14/10/2013 05:12 EDT

Hamelin et Maltais maîtres de leur destin

Charles Hamelin et Valérie Maltais n'ont laissé que des miettes à leurs rivaux en dominant les deux épreuves, jeudi, lors de la quatrième journée des essais olympiques de patinage de vitesse sur courte piste.

Un texte de Manon Gilbert 

Et cette fois, Hamelin peut vraiment dire qu'il s'en va aux Jeux olympiques de Sotchi. Pas qu'il y avait vraiment un doute sur la participation du meilleur patineur de vitesse sur courte piste du Canada, mais lundi, Hamelin avait crié victoire un peu trop vite. Son père Yves, directeur du programme de courte piste, lui avait alors rappelé les critères de sélection.

Mais avec son succès dans le second 1000 m des essais, le Québécois est maintenant intouchable. Également victorieux du premier 1000 m samedi et des deux 500 m courus jusqu'ici, les distances qui ont priorité sur le 1500 selon les critères de sélection, le patineur de Ste-Julie s'est assuré de conclure ces essais olympiques au 1er rang.

Et pour couronner le tout, il a remporté la dernière course au programme du jour, le troisième et dernier 1500 m, pour conserver sa fiche parfaite de sept victoires en sept départs.

« Ça n'arrêtera pas jusqu'aux Jeux olympiques, a lancé à la blague Hamelin. Ça va bien, je suis en pleine possession de mes moyens. Tout ce que je fais fonctionne. Si la course est lente, si elle est un peu plus vite, je suis capable de bien gérer mon énergie jusqu'à la fin. J'ai des jambes jusque dans le dernier tour. Ça prouve que l'entraînement a payé cet été. »

En finale du 1000 m, Hamelin a eu le dessus sur le jeune Charle Cournoyer, toujours aussi époustouflant, et sur son frère François, qui ne comptait alors qu'une finale depuis le début des épreuves. Olivier Jean, lui, s'est contenté de la 4e place.

Cournoyer et Jean sont en pleine lutte pour la 2e place au cumulatif des essais.

François Hamelin soulagé

Si Charles savourait pleinement ses succès, François, lui, respirait beaucoup mieux. Après deux journées difficiles samedi et lundi, le cadet des Hamelin s'est ressaisi. À sa 3e place au 1000 m, il a ajouté une 2e position dans le 1500 m en finissant devant Jean.

« Depuis le début de la compétition, je me sens bien physiquement. J'ai joué de malchance sur quelques courses, de mauvaises stratégies, a indiqué le patineur de 26 ans. Aujourd'hui, j'avais le dos au mur. Je me suis déjà retrouvé dans cette situation et, chaque fois, ma concentration est tellement dans une direction que ça finit par fonctionner. »

Pas de doute, mais Hamelin a également avoué avoir appris de ses erreurs commises samedi alors que les deux mêmes distances étaient au programme.

« C'est une journée qui demande beaucoup d'énergie et j'ai vraiment mal géré mon énergie. J'ai dépensé trop d'énergie lors de la première course et j'ai fini la journée à terre. J'ai commencé plus relaxe aujourd'hui. »

Avec ces deux bons résultats, François Hamelin revient au cœur de la course pour une place à Sotchi.

Maltais intraitable

Chez les femmes, Valérie Maltais prend goût à la victoire. Intraitable, l'athlète de La Baie a imité Charles Hamelin en s'imposant dans le 1000 m et le 1500 m.

Invaincue depuis le 1500 m de samedi, elle a donc savouré ses troisième et quatrième triomphes des essais. Du coup, elle s'est assurée de conclure les essais en tête du classement cumulatif de la distance.

« C'est une très belle journée. Je ne pourrais pas être plus satisfaite. Ça donne encore plus d'énergie pour la dernière journée dimanche », a affirmé Maltais.

Après avoir mené le 1000 m de bout en bout, Maltais a tôt fait de prendre les commandes du 1500 m pour installer son rythme. Une nouvelle stratégie qui lui sied bien.

« En sachant que j'ai la force de le faire, je pense que c'est la meilleure position pour moi. Quand je suis en avant, je bâtis une certaine confiance qui me permet d'être plus à l'aise pour faire des mouvements, des tracés. Si quelque chose arrive, je peux continuer à garder la tête. »

Maltais a ainsi évité l'hécatombe derrière elle dans le dernier tour du 1000 m. Alors 2e, Marie-Ève Drolet s'est étendue de tout son long sur la glace empêchant ainsi Jessica Hewitt et Marianne St-Gelais, qui suivaient dans l'ordre, de poursuivre leur route.

St-Gelais s'est relevée rapidement pour ravir la 2e place devant Hewitt et Drolet. Des résultats que St-Gelais et Hewitt ont aussi répétés au 1500 m.

En revanche, Drolet, déjà 1re et 3e des deux premiers 1500 m, a déclaré forfait pour la dernière course à la suite de sa chute. À sa sortie de la patinoire, la native de Chicoutimi se déplaçait en béquilles. Finalement, c'est une douleur au bas du dos qui a coupé court à sa journée de travail.

Son cas sera réévalué vendredi par l'équipe médicale, qui décidera alors si elle patine dimanche, au cinquième et dernier jour des essais. Patine ou ne patine pas, elle n'a pas vraiment à s'inquiéter. Autant chez les hommes, la compétition est serrée, autant chez les femmes, les essais sont l'affaire de quatre filles : Maltais, St-Gelais, Drolet et Hewitt.

  • À noter également qu'en matinée, Michael Gilday a déclaré forfait pour le reste des sélections olympiques. Le patineur de Yellowknife ressent toujours les effets de sa commotion cérébrale subie lors de la finale du 1500 m le premier jour. Il déposera une demande d'exemption pour que sa candidature pour Sotchi soit étudiée par le comité de sélection lundi prochain.

PLUS:rc