NOUVELLES
15/08/2013 11:00 EDT | Actualisé 15/10/2013 05:12 EDT

Affaire Dziekanski: le policier chargé des relations médias se suicide

PC

Un ancien porte-parole de la Gendarmerie royale du Canada, qui avait été le visage de la force policière dans les jours suivant la mort controversée d'un immigrant polonais à l'aéroport de Vancouver, s'est suicidé, a indiqué jeudi le Bureau du coroner de la Colombie-Britannique.

Pierre Lemaitre s'est pendu le 29 juillet dans sa maison d'Abbotsford, a précisé le coroner dans un communiqué. Des secouristes dépêchés à sa demeure ont tenté de le réanimer, en vain.

Le Bureau du coroner a exprimé ses condoléances aux proches et à la famille du policier, précisant que celle-ci avait demandé à ce que son intimité soit respectée.

Le sergent Lemaitre avait récemment été affecté aux services de supervision du trafic routier de la GRC.

Il était en charge des relations avec les médias lorsque l'affaire Robert Dziekanski avait éclaté en Colombie-Britannique, le 14 octobre 2007, et les faits qu'il avait rapportés s'étaient par la suite révélés inexacts. L'immigrant polonais était décédé quelque temps après avoir été maîtrisé avec un pistolet Taser à cinq reprises.

Pierre Lemaitre avait d'abord décrit un homme «agité et violent», affirmant que les policiers de la GRC avaient dû recourir au pistolet Taser car ils n'avaient pas eu d'autre choix. Il avait aussi soutenu, en entrevue à la CBC, qu'il n'y avait aucune caméra vidéo dans la zone de l'aéroport où l'incident s'était produit.

Or, un voyageur avait bel et bien capté la tragédie sur vidéo et le sergent Lemaitre en avait regardé des segments avant de faire une première déclaration sur la mort de Robert Dziekanski. Si l'homme avait bien montré un comportement agressif en jetant des objets et hurlant au terminal des arrivées, il semblait plutôt calme sur la vidéo, en présence des agents de la GRC.

En témoignage à la commission d'enquête au printemps 2009, Pierre Lemaitre avait déclaré qu'il n'avait fait que ce que le caporal Dale Carr, qui était alors en charge du service média au bureau des homicides de la région, lui avait demandé.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.