NOUVELLES
14/08/2013 02:51 EDT

Le SCFP rejette l'essentiel du rapport D'Amours sur les régimes de retraite

Radio-Canada

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP - Québec) rejette les principales recommandations du rapport D'Amours visant à assurer la viabilité des régimes de retraite, essentiellement parce qu'il « propose une approche rigide et inutilement coercitive. »

Denis Bolduc, secrétaire général du SCFP-Québec, et Marc Ranger, directeur adjoint du SCFP-Québec estiment que les changements législatifs doivent laisser le champ libre à la négociation de gré à gré plutôt que d'imposer des contraintes et vont expliquer leur argumentaire en commission parlementaire mercredi soir.

Le SCFP est d'accord sur la nécessité de protéger les régimes de retraite mais estime que le rapport D'Amours est obsolète par rapport de ce que le Syndicat fait sur le terrain.

« Depuis deux ans, nous avons conclu avec succès des négociations de grande envergure sur les régimes de retraite avec les Villes de Montréal, Laval et Saguenay, de même qu'avec l'Université de Montréal », fait valoir Denis Bolduc.

Le SCFP se défend de vouloir un « statu quo amélioré » des régimes actuels. « Donnez-nous de la souplesse réglementaire, mais surtout ne faites pas de dogmatisme » , ajoute Denis Bolduc.

À titre d'exemple, Marc Ranger fait valoir que les Cols bleus ont repoussé l'âge de la retraite et haussé leurs cotisations de 3%, allégeant celle de l'employeur d'autant.

Le Syndicat propose aussi de mettre sur pied une réserve de 20 %, un fonds de stabilisation contre les coups durs. « Avec cette réserve, s'il y a assez d'argent, on va améliorer les rentes de ceux à qui on a demandé les sacrifices les plus grands comme les jeunes. »

Le SCFP compte plus de 110 000 membres au Québec. Il est le plus important syndicat affilié à la FTQ.

Un rapport jusqu'ici bien reçu

Rendu public en avril dernier, le rapport du comité d'experts, présidé par Alban D'Amours, a été globalement bien accueilli par les partenaires sociaux et la classe politique.

Intitulé « Innover pour pérenniser le système de retraite, il propose, à travers 21 recommandations, des solutions aux problèmes de viabilité des régimes de retraite actuels.

Sur les 21 recommandations, 15 visent à renforcer les régimes de retraite à prestations déterminées. Globalement, le comité suggère de nouvelles règles de financement pour ces régimes et plus de flexibilité au niveau du partage des coûts entre les participants et les employeurs.

Il propose aussi une réflexion sur les bénéfices autres que la rente de base pour qu'ils soient adaptés aux nouvelles réalités démographiques et économiques.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.