NOUVELLES
14/08/2013 02:03 EDT | Actualisé 13/10/2013 05:12 EDT

Homard : Des prix plus bas pour les pêcheurs, mais pas pour les consommateurs

Le bas prix que reçoivent cette année les homardiers de la zone 25, dans le détroit de Northumberland, ne se traduira pas par des homards plus abordables pour les consommateurs.

Le prix du crustacé dépend de plusieurs facteurs et la diminution du prix de base n'est pas suffisante pour les contrecarrer.

Les pêcheurs de homard de la zone 25 ont appris mardi qu'ils recevront entre 2,50 $ et 3 $ la livre pour leur homard cette saison, soit 0,50 $ de moins que l'an dernier.

Le homard vendu à la poissonnerie Dieppe coûte entre 4 $ et 5 $ de plus que lorsqu'il est acheté directement au quai. La propriétaire de la poissonnerie, Liette Duguay, explique qu'il lui est impossible de le vendre à un prix moindre.

« Je dois payer mes employés, le [faire] cuire, le mettre dans mon comptoir et trouver un prix qui va me permettre de subvenir aux besoins de ma poissonnerie, comme payer mon loyer, payer mes employés, payer mes taxes », souligne-t-elle.

De plus, un prix plus bas pour les pêcheurs ne veut pas nécessairement dire qu'elle aura le crustacé à un meilleur prix de la part de ses fournisseurs.

Liette Duguay explique que toutes les étapes qui mènent le homard de la mer au comptoir de l'épicerie ont un coût, et celui-ci peut varier.

« Avant de se rendre ici, il y a le pêcheur, il y a la personne qui est responsable sur le quai de trier ce homard-là, il y a le courtier et ensuite, il y a l'acheteur. Avec tout ce cheminement, on ne l'a pas à 3 $ la livre, parce qu'il y a beaucoup de gens qui le manipulent. »

Mme Duguay admet que la situation est tout de même déplorable pour les pêcheurs. Elle croit qu'une forme de législation devrait être mise en place.

PLUS:rc