POLITIQUE
13/08/2013 11:46 EDT | Actualisé 13/10/2013 05:12 EDT

Loto-Québec espère pouvoir miser de plus en plus sur le jeu en ligne

Getty

Loto-Québec a pris les grands moyens au cours de la période estivale dans l'espoir de voir ses revenus de jeu en ligne dépasser un pour cent de ses ventes totales de loteries en se payant une première campagne publicitaire à la télévision.

Les publicités, diffusées du 17 juin au 28 juillet derniers, montraient des gens capables d'acheter un billet de loterie, notamment grâce à une application mobile, même s'ils étaient en forêt, chez le coiffeur ou parce que la météo compliquait le déplacement vers un point de vente.

Le but de la société d'État est d'inciter ceux âgés de 35 à 49 ans, qui ont appris à se servir de téléphones intelligents et de tablettes numériques,

à se tourner vers cette technologie pour se procurer leurs 6/49, Québec 49, Lotto Max et autres, a expliqué une porte-parole, Marie-Claude Rivet.

"C'est une question de notoriété auprès de notre clientèle, affirme-t-elle. Ce n'est pas la vaste majorité de notre clientèle qui est au courant que nous offrons des loteries en ligne depuis quelques temps déjà."

Plusieurs loteries en ligne, disponibles depuis un peu moins d'un an, ne représentent qu'un faible partie des ventes de Loto-Québec, qui désire profiter de l'engouement de plusieurs consommateurs vis-à-vis l'achat en ligne.

"C'est nouveau pour la loterie, mais ce ne l'est pas pour plusieurs autres produits, comme des billets de spectacles ou des meubles, dit Mme Rivet. Nous croyons que l'avenir est là. Il y a quelques produits actuellement, mais cette palette est appelée à s'agrandir."

Lors de l'exercice financier 2012-2013, les ventes de loteries en ligne ont atteint 7,1 millions $, alors que les ventes totales de loteries de Loto-Québec étaient de 1,79 milliard $.

Précautions en ligne

À l'instar de l'achat sur le Web, le jeu en ligne n'est pas à l'abri de la fraude ainsi que de l'ursurpation d'identité. La société d'État affirme cependant avoir pris les précautions nécessaires afin de limiter, dans la mesure du possible, ce phénomène. Les services de la firme Equifax ont ainsi été retenus afin de vérifier et valider toutes les nouvelles inscriptions.

Mme Rivet a expliqué que le nom, l'adresse civique ainsi que le numéro de carte de crédit des nouveaux utilisateurs sont demandés lors de l'inscription. "Ça peut même aller jusqu'à demander de nous télécopier une photocopie de son permis de conduire (afin de valider l'inscription)", ajoute-t-elle,

La porte-parole de Loto-Québec reconnaît cependant qu'il y aura toujours des fraudeurs pour abuser du système.

"De l'usurpation d'identité, des fraudeurs, il y en eu, il y en a et il y en aura, rappelle Mme Rivet. Nous pensons cependant que la firme (Equifax) a des moyens assez raffinés pour faire en sorte d'attraper ces cas-là."

Pas un accès plus facile

Si cette offre de jeu en ligne relativement nouvelle, certains intervenants du milieu s'inquiètent de constater que l'accès au jeu devient de plus en plus facile.

Selon Valérie Van Mourik, clinicienne au programme du jeu pathologique du Centre de réadaptation en dépendance de Montréal, plusieurs personnes pourraient être tentées de jouer plus régulièrement grâce à des applications mobiles, même s'il ne s'agit pas de sommes colossales.

"Il y a peut-être des gens qui se diraient "il est trop tard, ça ne me tente pas d'aller au dépanneur", souligne-t-elle. Mais s'ils peuvent avoir accès à la loterie depuis la maison, il se peut que ces personnes dépensent un peu plus."

Pour la porte-parole de Loto-Québec, cependant, il ne s'agit pas d'un moyen visant à faciliter l'accès au jeu en ligne.

"Avant notre arrivée, il y avait déjà plus de 2000 sites illégaux qui étaient accessibles aux Québécois, affirme Mme Rivet. Dans ce contexte-là, une offre de plus sur 2000 ne constitue pas une augmentation notable à notre avis."

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.




INOLTRE SU HUFFPOST

Les hommes et femmes les plus riches du monde