NOUVELLES
13/08/2013 05:46 EDT | Actualisé 13/10/2013 05:12 EDT

Gibraltar : Londres envisage un recours juridique contre l'Espagne

La Grande-Bretagne pourrait porter sur le terrain juridique son différend avec l'Espagne sur les contrôles douaniers aux frontières de Gibraltar, a déclaré lundi le porte-parole du premier ministre David Cameron.

Les tensions entre les deux pays autour du petit territoire britannique (environ six kilomètres carrés), situé à la pointe sud de la péninsule ibérique, ont été ravivées au début du mois par les protestations de Madrid contre la construction, au large de Gibraltar, d'un récif artificiel accusé de pénaliser les pêcheurs espagnols.

L'Espagne a depuis durci les contrôles aux frontières, ce qui se traduit par des heures d'attentes pour des milliers de touristes, de résidents et de travailleurs frontaliers.

Les autorités espagnoles ont aussi brandi la menace d'un péage à l'entrée de Gibraltar et d'une interdiction de survol de leur territoire pour les avions à destination du territoire.

Le porte-parole de David Cameron a demandé la fin des contrôles accrus aux frontières, qu'il a jugés « motivés par des considérations politiques et totalement disproportionnés ».

À Bruxelles, un porte-parole de la Commission européenne a confirmé, lundi, qu'une délégation de responsables de cette instance se rendrait en septembre sur le « Rocher » pour vérifier que les règles de l'Union européenne sont bien respectées aux contrôles des frontières.

Dimanche, une source diplomatique espagnole a déclaré à Reuters que l'Espagne n'excluait pas d'en appeler aux Nations unies.

Signe supplémentaire de la tension générée par ce dossier, un bâtiment de la Royal Navy a mis le cap sur Gibraltar, lundi. De son côté, le maire de Londres, Boris Johnson, a enjoint à Madrid « d'enlever ses pattes de notre rocher ».

Reuters

PLUS:rc