NOUVELLES
13/08/2013 01:19 EDT | Actualisé 12/10/2013 05:12 EDT

Fierté Montréal : encore beaucoup d'histoires à raconter

Les festivités de Fierté Montréal ont pris leur envol, lundi, dans la métropole. Pour cette septième édition, la présidente d'honneur du festival gai, Dre Karine Igartua, revient sur les préjugés qui subsistent, un peu partout dans le monde.

« C'est sûr que c'est encore l'insulte suprême, dans la cour d'école, de se faire traiter de "fif" et de "tapette", mais il y a moins de stress par rapport à ça. On commence même à voir des ados qui vont à leur bal [et] qui amènent leur partenaire de même sexe, chose qu'on ne voyait pas du tout il y a 15 ans », croit la Dre Igartua. 

Cofondatrice du Centre d'orientation sexuelle de l'Université McGill (COSUM), la psychiatre a réalisé son rêve d'étudiante en ouvrant cette clinique unique au Canada, entièrement consacrée aux problèmes de santé mentale liés à l'orientation sexuelle. Elle y travaille depuis 1999. 

« Quand on a ouvert la clinique, j'avais fait un protocole de recherche et on avait regardé le lien entre l'homophobie, la sortie du placard, la dépression, l'anxiété et les idées suicidaires. On avait trouvé qu'il y avait un lien direct entre l'homophobie, la dépression et le suicide », explique-t-elle. 

Quinze ans plus tard, elle remarque que les mentalités ont évolué et que le visage de la clientèle a changé depuis l'ouverture de la clinique.

Rester un modèle

C'est d'ailleurs pour raconter l'histoire de ces gens venus d'ailleurs qu'elle a accepté d'être l'une des présidentes d'honneur de Fierté Montréal. Elle est convaincue que même si la situation a évolué au Québec, la province doit continuer son combat si elle veut rester un modèle.

« Les gens me demandent pourquoi on a encore besoin de la fierté [gaie]. Je pense que c'est important au niveau international parce qu'on sert de leader du point de vue des droits de la personne », estime-t-elle. 

Fierté Montréal invite d'ailleurs le grand public à contester les récentes lois contre les gais promulguées par le gouvernement de Vladimir Poutine en assistant, mardi, à une veillée aux chandelles devant le consulat russe.

PLUS:rc