NOUVELLES
12/08/2013 02:18 EDT | Actualisé 11/10/2013 05:12 EDT

Deux erreurs médicales, quatre patients et une mastectomie pour rien

Des responsables en santé publique de la Nouvelle-Écosse ont admis avoir commis deux erreurs médicales qui ont touché quatre patients. Une femme a même subi une mastectomie alors qu'elle n'en avait pas besoin.

Ces erreurs s'expliqueraient par l'échange involontaire des résultats pathologiques issus des tests faits sur des échantillons de tissus.

Une patiente a subi une mastectomie pour traiter un cancer diagnostiqué sur une autre femme.

L'avocat de la femme dans la soixantaine affirme que la nouvelle a été tout un choc. La patiente va intenter une poursuite contre la régie de la santé.

Pour sa part, l'autre patiente, à qui était destinée la mastectomie, croyait devoir subir une chirurgie, selon les résultats erronés des analyses de tissus. La date de la chirurgie n'avait toutefois pas encore été déterminée au moment où l'erreur a été constatée.

Dans un autre cas, des échantillons de tissus ont été échangés avec l'analyse pathologique. Un patient a eu une biopsie, l'autre aurait eu besoin de soins spécialisés, mais ne les a pas obtenus.

« Cas isolés »

Le ministre de la Santé de la Nouvelle-Écosse, David Wilson, affirme que l'erreur est humaine, et qu'il s'agit des premiers cas d'erreurs décelés dans la région de la capitale, Halifax.

Les deux cas d'échanges de résultats ne sont pas liés, précise la régie de la santé Capitale. Cette dernière donne par contre peu d'information sur l'état de santé des patients touchés, pour des raisons de confidentialité.

Par voie de communiqué, la régie s'est excusée auprès des victimes. Elle explique vouloir faire preuve de transparence en partageant ces événements avec le public.

La régie de la santé aurait constaté les problèmes lors d'une révision des échantillons chirurgicaux. Elle promet que des mesures seront adoptées pour éviter que ce genre d'erreurs se répète.

Par exemple, la régie compte adopter, d'ici la fin de l'année, un système de code à barres pour mieux identifier les échantillons. Certaines étapes des tests en laboratoire seront aussi automatisées l'an prochain.

PLUS:rc