POLITIQUE
11/08/2013 11:58 EDT

L'ancien sénateur Raymond Lavigne, reconnu coupable de fraude, veut servir le reste de sa peine à domicile (EXCLUSIF)

CP

Un ex-sénateur libéral emprisonné pour avoir falsifié ses frais de déplacement en voyage et abusé de son statut compte demander mardi à la Commission ontarienne des libérations conditionnelles de servir le reste de sa peine de six mois dans son domicile, a appris le Huffington Post Canada.

Raymond Lavigne a été reconnu coupable de fraude et d'abus de confiance il y a deux ans. Il sert sa peine six mois en prison, six autres mois à son domicile et doit faire un don de 10 000$ à un organisme de charité, soit le montant fraudé au Sénat pour des dépenses inexistantes. Le juge de la Cour supérieure de l'Ontario, Robert Smith, dit que Lavigne avait abusé de sa position en demandant à son assistante de couper des arbres sur sa propriété privée pendant les heures de travail.

Michel Biron, un ami qui a aussi servi au Sénat, dit que la vie de prison pour Raymond Lavigne, 67 ans, n'était pas de tout repos.

«Il y a de l'intimidation et de l'extortion, c'est dangereux. Il ne savait jamais si quelqu'un allait vouloir l'attaquer.»

Lavigne, qui s'est plaint de douleurs dans l'oeil, s'est fait refuser des soins en prison sous prétexte qu'il se plaignait pour un rien. Lorsqu'il a finalement pu consulter un médecin, il a été opéré d'urgence, au risque d'en perdre un oeil.

L'ex-sénateur réside dans le centre de détention depuis le 4 juin dernier. Il a été en appel le 5 juin, appel rejeté immédiatement puisqu'il a fraudé le gouvernement en toute connaissance de cause. Ce dernier soutient que les fonds publics n'ont pas souffert de ses dépenses, puisqu'il payait ses employés. Lavigne donnait 50$ à un employé pour l'aller-retour à Montréal, alors qu'il demandait 217$ toutes les fois. Il a fait ceci à 54 reprises.

Il est difficile de prédire quels seront les arguments de Raymond Lavigne mardi en plaidant sa cause, mais il a toujours maintenu son innocence.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les controverses du Sénat