NOUVELLES
10/08/2013 08:12 EDT | Actualisé 10/10/2013 05:12 EDT

Colombie: les négociations tournent autour de l'intégration politique des FARC

LA HAVANE, Cuba - Le gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) ont commencé à jeter les bases d'ententes visant à intégrer l'organisation rebelle à la vie politique du pays advenant le cas où les pourparlers de paix seraient couronnées de succès, ont annoncé samedi les négociateurs.

Dans une déclaration conjointe marquant une pause dans les discussions, les deux camps ont dit travailler sur des accords concernant les droits et garanties pour l'exercice de l'opposition politique.

Des représentants du président colombien Juan Manuel Santos et des FARC ont amorcé les négociations à La Havane, à Cuba, l'an dernier.

Les rebelles insistent sur la nécessité de convoquer une assemblée constitutionnelle et de réformer les systèmes judiciaire et électoral.

Au dire d'Ivan Marquez, principal négociateur des FARC, il s'agit de la seule solution possible.

M. Marquez a également qualifié de «regrettable» un récent commentaire du président Santos au sujet du chef rebelle Timoleon Jimenez, dont le vrai nom est Rodrigo Londono. Le leader colombien a en effet déclaré que, si les forces de sécurité retrouvaient Jimenez, il leur ordonnerait de le tuer.

Les pourparlers se concentrent toujours sur le deuxième point de l'ordre du jour, qui en compte six. Plus tôt cette année, une entente préliminaire avait été conclue à propos de la réforme agraire.

Les négociations doivent reprendre le 19 août.

Créées dans les années 1960, les FARC sont le plus ancien mouvement de guérilla d'Amérique du Sud encore actif.

PLUS:pc