NOUVELLES
09/08/2013 07:24 EDT | Actualisé 09/10/2013 05:12 EDT

Nadal dispose de Matosevic, met la table pour un duel de titans en demi-finales

MONTRÉAL - Rafael Nadal a peiné, mais il est demeuré invaincu cette saison sur la surface dure en prenant la mesure de l'Australien issu des qualifications Marinko Matosevic 6-2, 6-4 en quarts de finale, vendredi soir, dans le cadre du programme de soirée de la Coupe Rogers de Montréal.

Nadal a mis la table pour un duel de titans puisqu'il affrontera en demi-finales samedi Novak Djokovic, qui tente de remporter une troisième Coupe Rogers consécutive, après ses conquêtes de 2011 et 2012.

«Il joue du tennis exceptionnel, a déclaré Djokovic à propos de Nadal. Depuis son retour de sept mois d'absence, il a remporté toutes ses finales, sauf une. Ce que je veux dire, c'est que ça représente bien la qualité de son jeu et le niveau qu'il affiche en ce moment. Je crois qu'il est très motivé, particulièrement dans ces tournois après Wimbledon, parce qu'il n'a pas joué l'an dernier à cause des blessures.

«Mais la surface dure est ma préférée. Je crois que c'est sur cette surface que j'ai les meilleures chances contre lui. Ce sera tout un défi pour nous deux, mais je suis prêt à l'affronter.»

Un point de vue qui est partagé par Nadal, le maître de la terre battue.

«Oui, il aura l'avantage, surtout à cause des conditions qui prévalent ici, a-t-il reconnu. C'est l'un des terrains les plus rapides sur le circuit à l'extérieur. (...)Ce sera spécial de jouer contre Novak. La clé, ce sera d'être agressif et de jouer à haute intensité, en espérant que j'aurai de bonnes sensations.»

Leur dernier match s'était soldé par une victoire de Nadal en cinq manches de 6-4, 3-6, 6-1, 6-7 (3) et 9-7 en demi-finales des Internationaux de France. En carrière, c'est toutefois Djokovic qui a l'avantage, avec une fiche de 20-15 face à l'Espagnol.

Nadal, quatrième raquette mondiale, a déjà remporté un tournoi sur la surface dure cette saison, à Indian Wells. Matosevic savait donc qu'il avait tout un défi à relever s'il voulait accéder aux demi-finales de la Coupe Rogers. Et il avait — une partie — de la foule qui l'encourageait entre chaque jeu en scandant le traditionnel 'Aussie, Aussie, Aussie, Oy! Oy! Oy!'.

Il aurait toutefois fallu plus que des chants pour changer l'allure du match, surtout en sachant qu'à leur affrontement précédent, au deuxième tour du Masters de Monte Carlo plus tôt cette saison, Matosevic avait encaissé une correction de 6-1, 6-2.

Ce duel-ci fut toutefois plus âprement disputé, Nadal éprouvant des ennuis avec son service. Il a d'ailleurs affiché un faible taux de réussite de 70 pour cent en première balle, et n'a obtenu que deux as. Le champion de la Coupe Rogers en 2005 a exprimé sa frustration à quelques reprises en émettant des grognements, accompagnés de grimaces.

Son adversaire, qui est âgé de 28 ans, lui a donné du fil à retordre, surtout au deuxième set, où il a fallu attendre le cinquième jeu avant que l'Espagnol ne réussisse le bris pour prendre les devants 3-2. Matosevic a creusé sa tombe en effectuant plusieurs coups droits trop longs, et Nadal a en a profité pour fermer les livres en à peine une heure et 18 minutes.

L'Australien s'est bien battu au premier set, mais Nadal, qui a remporté trois titres jusqu'ici en 2013, a exploité son puissant coup droit et laissé le 74e joueur mondial commettre sa part d'erreurs en retour pour s'adjuger la première manche.

Djokovic gagne la reprise de la finale de 2012

Lors du premier match du programme de soirée vendredi à la Coupe Rogers de Montréal, Djokovic a retrouvé son aplomb, après avoir été chancelant en début de tournoi.

Dans une reprise de la finale de la Coupe Rogers de 2012, le no 1 mondial a pulvérisé Richard Gasquet 6-1, 6-2, devant une salle comble au stade Uniprix. L'an dernier, à Toronto, le Serbe avait pris la mesure du Français 6-3, 6-2 en finale. Cette fois-ci, il n'aura fallu que 52 petites minutes pour disposer de son adversaire.

«C'est le plus près de la perfection que je puisse faire, a déclaré Djokovic. Dans chacune des facettes de mon jeu j'ai frôlé la perfection. Dès le début du match j'ai tenté de dicter le rythme et de contrôler les échanges. J'ai très bien fait.

«Certes, mon service était très efficace, surtout avec ma première balle — j'ai réussi plusieurs as —, et j'ai obtenu quelques points gratuits, a tenu à rappeler le Serbe. C'est un aspect qui vous procure beaucoup de confiance, surtout à ce niveau-ci.»

Le Serbe de 26 ans a conclu sa prestation en effectuant, une fois de plus, quelques pas de danse avec la mascotte 'Smash' et quelques bénévoles de la Coupe Rogers au son de 'Get Lucky', du groupe français Daft Punk.

Les Canadiens Vasek Pospisil et Milos Raonic ont complété le carré d'as de la Coupe Rogers de Montréal.

En double, le Canadien Daniel Nestor et son coéquipier suédois Robert Lindstedt sont venus de l'arrière pour surprendre les frère Bob et Mike Bryan 6-7 (2), 6-3, 10-5 en quarts de finale.

Ils affronteront en demi-finales samedi Andy Murray et son compatriote britannique Colin Fleming, qui ont défait quelques heures plus tôt le duo formé du Pakistanais Aisam-Ul-Haq Qureshi et du Néerlandais Jean-Julien Rojer 6-3, 7-6 (3). Murray, le deuxième joueur au monde en simple, a ainsi atteint à sa première demi-finale en double d'un tournoi Masters 1000.

PLUS:pc