NOUVELLES
09/08/2013 01:00 EDT | Actualisé 09/10/2013 05:12 EDT

Des citoyens veulent intenter un recours collectif après un déversement en C.-B.

VANCOUVER - Des résidents de la Colombie-Britannique espèrent déposer un recours collectif après le déversement de 35 000 litres de carburant le mois dernier, dans le sud-est de la province.

Le 26 juillet, sur une route forestière de Slocan Valley, un accident impliquant un camion-citerne rempli de carburant destiné à des hélicoptères de lutte contre les incendies a provoqué le déversement de la majeure partie de sa cargaison dans les cours d'eau avoisinants.

Des allégations de négligence et de nuisance ont été lancées contre le gouvernement provincial de la Colombie-Britannique et l'entreprise Executive Flight Centre, qui était responsable du camion.

La demande de recours collectif a été initiée par Robert Kirk, un résident de la région touchée, et quelques voisins.

Dans une déclaration accompagnant le recours, M. Kirk affirme qu'un dépôt de carburant improvisé s'est formé dans cet environnement fragile, créant une zone morte.

La poursuite soutient aussi que la province a utilisé de l'eau contaminée par de l'essence pour combattre un incendie de forêt par avion-citerne, ce qui a causé davantage de dommages. Aucune de ces allégations n'a été entendue en cour.

Les citoyens cherchent à obtenir une ordonnance de la cour qui forcerait les défendeurs à consulter un expert environnemental indépendant pour surveiller les dommages écologiques et y remédier.

Les défendeurs auront 21 jours pour présenter leur défense, après quoi les plaignants chercheront à faire certifier leur recours.

Quelques heures après le déversement, 2500 résidents de la région de Slocan Valley ont reçu un avis d'évacuation à cause de la contamination de l'eau.

Quelques mesures de restriction sur l'eau mises en place après l'incident ont été levées mardi. Les autorités de la santé ont affirmé que les résidents pouvaient à nouveau utiliser l'eau de la rivière Kootenay et en aval du barrage Brilliant. Cependant, un ordre de non-utilisation demeure en place pour les résidents dont l'eau courante provient de Lemon Creek et de la rivière Slocan.

Depuis le déversement, quelques résidents se sont plaints de problèmes de santé, notamment de démangeaisons cutanées, d'émanations provenant des meubles et des vêtements, de même que de difficultés financières.

PLUS:pc