NOUVELLES
08/08/2013 04:22 EDT | Actualisé 07/10/2013 05:12 EDT

Philippe Couillard pourrait s'opposer à la charte des valeurs québécoises

La charte des « valeurs québécoises » promise par le gouvernement Marois pour régler la question des accommodements raisonnables risque de frapper un mur cet automne.

Comme il l'a fait pour le projet de loi 14 sur la protection de la langue française, le Parti libéral du Québec (PLQ) s'opposera à l'adoption de la charte s'il y voit une manoeuvre pour diviser les Québécois, a prévenu le chef Philippe Couillard dans une entrevue accordée à La Presse Canadienne plus tôt cette semaine.

Avant d'annoncer ses couleurs, M. Couillard veut attendre de voir « la forme » que prendra l'initiative et « l'idée » qui la sous-tend. Mais il est clair, a-t-il expliqué, que l'opposition officielle refusera de cautionner un document visant à promouvoir la souveraineté en jouant la carte de l'angoisse identitaire.

« Les Québécois ne sont pas là non plus, les Québécois forment un peuple fier qui regarde vers l'avenir », a fait valoir M. Couillard, qui poursuit une tournée de certaines régions en prévision de la rentrée.

Le débat sur le projet de charte des valeurs québécoises, nouvelle appellation de la charte de la laïcité proposée par le Parti québécois en campagne électorale il y a un an, s'annonce tout aussi épineux. Les discussions devaient commencer le printemps dernier, mais le ministre responsable des Institutions démocratiques Bernard Drainville a jugé plus prudent de repousser le dossier à l'automne, une fois les esprits reposés.

M. Drainville a précisé qu'il fera connaître après les vacances les orientations privilégiées par le gouvernement, puis déposera « assez rapidement » un projet de loi pour donner vie à l'engagement. Québec souhaite que la future charte dans laquelle seront inscrits les principes de la laïcité de l'État, d'égalité homme-femme et d'égalité de tous les citoyens devant la loi, serve de guide pour encadrer les demandes d'accommodement religieux.

Prudent, le leader du PLQ dit ne pas vouloir condamner le document « sans l'avoir lu ». Néanmoins, il s'interroge sur ce qui peut bien différencier, à l'exception de la primauté du français, les valeurs québécoises de celles déjà reconnues par les chartes québécoise et canadienne des droits et libertés.

« Il faut voir ce que nous entendons par "valeurs québécoises". Il y a des valeurs universelles auxquelles le Québec adhère et qui sont déjà reconnues par nos chartes, par exemple l'égalité entre les hommes et les femmes, l'accès à la justice, etc [...] Voyons d'abord la forme de la chose et surtout les intentions qui sont derrière le document », a-t-il soulevé.

De son côté, la CAQ de François Legault, qui pourrait devenir la bouée de sauvetage du gouvernement minoritaire dans ce dossier si l'opposition libérale se rebiffe, a indiqué qu'elle fera connaître sa position « en temps et lieu ».


PLUS:rc