NOUVELLES
08/08/2013 04:29 EDT | Actualisé 07/10/2013 05:12 EDT

Compressions chez Via Rail : des élus lancent une campagne de mobilisation 

Le député de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, Philip Toone, et des élus de la Gaspésie lancent un mouvement de mobilisation contre les compressions de Via Rail. Dix gares du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie seront abandonnées le 25 octobre prochain.

Les élus estiment que la réduction de service de Via Rail à travers tout le pays frappe encore de plein fouet les citoyens de l'Est de la province. Ils demandent à la population de les appuyer afin de renverser la vapeur.

La campagne de mobilisation « Sauvons nos Gares » a été lancée ce matin. « On va envoyer des cartes postales dans tous les domiciles de toute la région de la Gaspésie. On demande aux gens de signer la carte postale et on va envoyer tout ça à la ministre Raitt pour lui demander "c'est quoi votre plan de match et comment est-ce que vous allez aider la Gaspésie?" », a expliqué le député, Philip Toone.

Via Rail abandonne six gares en Gaspésie, dont celle de Port-Daniel. Le chef de gare y travaille depuis 30 ans, à raison de 9 h par semaine.

Les élus dénoncent une décision inacceptable, selon eux. « On y a gouté avec le gouvernement fédéral au niveau de l'assurance emploi, au niveau des gares, au niveau des quais et au niveau des phares », lance Diane Lebouthillier, préfet de la MRC du Rocher-Percé.

La révérente du diocèse anglican du Québec, Cynthia Patterson lutte depuis 30 ans pour le maintien du train de passagers dans la région. « C'est une grande perte pour nous, mais ce n'est pas quelque chose qui va régler leur situation économique », a-t-elle déclaré. « S'il faut faire des coups d'éclat, il va falloir en faire! », a-t-elle ajouté.

Des investissements réclamés

Les compressions à Via Rail ne sont pas les seuls motifs d'inquiétude. La remise en état du tronçon New-Carlisle-Gaspé requiert des investissements de 30 millions de dollars.

« On est en train de mettre à jour les données de ce dossier-là et on veut le déposer aux deux paliers de gouvernement à l'automne », a expliqué le directeur général de la Société des Chemins de fer de la Gaspésie, Olivier Demers.

Les intervenants espèrent que l'appel sera entendu et que les acteurs du milieu se mobiliseront pour contrer les compressions de Via Rail.

D'après le reportage de Pierre Cotton

PLUS:rc